AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une question [PV Nirlem/Niklas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Sam 20 Mai - 20:08


La neige avait enfin arrêté de tomber, mais le mal était déjà fait. Mes habits étaient trempés et boueux. La capuche de ma cape ne me protégeait plus vraiment, et même mon sleipnir ne semblait pas satisfait de la situation, pataugeant dans la boue. En ce mi printemps, la neige fondue se mêlait à la terre qui dégelait, et parcourir les sentiers forestier de la Skania revenant à s’aventurer dans un grand marais. Les quelques kriegers qui m’accompagnaient n’étaient pas mieux lotis. Ils avançaient en silence, leurs capes aussi boueuses que les pattes de leurs chevaux. Pour couronner le tout, aucun brigand ne nous avait attaqué durant le trajet. J’espérais un minimum de distraction, de quoi occuper mon escorte. Mais rien. En trois jours de voyages à travers les forêts de l’Austrið, aucun malfrat. Aucun hors-la-loi. Même pas un draugur. Seulement un cerf que Vogur avait tué d’une flèche.
Toutefois, les kriegers n’avaient pas l’échine courbée, car devant nous se dressait une petite ville, Raufoss. Nous passerons la nuit à l’abri de la neige et de la pluie, à côté d’un feu, et cela suffisait pour leur faire oublier le voyage morose. Nous passâmes les portes en bois de la ville juste avant qu’elles ne se referment, sous le regard presque inquiet des miliciens devant une compagnie d’une dizaine d’hommes armées. Nous traversâmes la ville, sous le regard des curieux. Les rues étaient boueuses, et les maisons de bois et de pailles éparpillées un peu au hasard. Le soleil couchant perçait enfin à travers les nuages, et éclairait Raufoss d’une lueur orangée.

Nous arrivâmes devant un bâtiment de pierre et de bois, certainement construit sur des ruines de l’Hier. Entre les planches en bois on pouvait apercevoir la pierre grise de l’Avant, et la forme rectangulaire, presque parfaite de la demeure ressemblait à ce qu’on pouvait trouver à Oslo. Je contemplais l’édifice, dont la taille et la stature contrastait grandement avec le reste de la bourgade, quand un des miliciens à l’entrée s’avança vers nous. Il s’adressa à moi avec un air autoritaire, se voulant certainement ferme :
« Vous êtes devant la demeure de Chol Stordrekka Reynaldson, Hauldr de Raufoss ! déclara fièrement l’homme. Quels sont vos intentions étrangers ? On vous prévient, on veut pas de grabuge, sinon, on vous jette dehors et vous passez la nuit avec les loups ! »
Je toisai quelque instant le milicien qui bombait le torse et me regardait presque avec un air de défi. Les gardes étaient toujours des personnes fascinantes, toujours aussi prompts à se faire passer pour un dur qu’à accepter les pots-de-vin. Je relevai ma capuche et m’adressai au milicien en essayant de ne pas prendre un ton moqueur :
« Je suis Niklas Goðbarn Nominoeson, je demande l’hospitalité à votre Hauldr pour la nuit. Où sont les écuries que nos montures puissent se reposer ? »
Le visage si fier du milicien devint blême. Il semblait paniquer, ne plus être sûr de ce qu’il devait faire. Il était toujours passionnant d’observer la réaction de son interlocuteur à la simple prononciation de son nom ! Mais je n’étais pas ici pour me livrer à une étude psychologique, et je souhaitais tout autant que mes kriegers avoir un bon repas au coin d’un feu. Je repris donc d’un ton agacé :
« Oui oui, le même Niklas que celui qui se trouve à Oslo et qui est le fils du Jarl Nominoé. Bon, vous nous les montrez ces écuries ou il va falloir que j’aille les chercher moi-même ? »
Au mot « Jarl », le milicien sortit immédiatement de sa torpeur et commença à s’agiter.
« Oui oui, bien sûr monseigneur …heu… fils de Jarl ! Heu… Ella va prévenir monseigneur Chol de la venue de monseigneur Niklas Goðbarn Nominoeson ! Heu… Mon seigneur veillez me suivre... Heu… Par ici monseigneur Niklas Goðbarn Nominoeson… », bégaya l’homme tant bien que mal.
Le garde commença à nous guider, accompagné par quelques rires amusés de mon escorte qui retrouvait le sourire à la pensée d’un bon repas et d’un lit douillet. Je souris moi aussi. La soirée s’annonçait amusante.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Sam 20 Mai - 23:47


Nirlem était enfin au bout de la quête qui le taraudait depuis plus longtemps qu'il ne pouvait se souvenir. La lutte avait était longue, l'épreuve difficile, les embûches nombreuses, mais il la tenait enfin ! Dans son poing victorieux brillait les reflets dorés de l'objet de sa convoitise: la bouteille de bière à moitié vide qu'il avait perdu lors de sa dernière cuite, après laquelle il s'était réveillé sans souvenir. Il fallait fêter ça ! Il descendit la bouteille en quelques rasades assoiffées, n'en renversant qu'un peu sur son cou et sa chemise. Il était difficile de déterminer objectivement si la bière poisseuse salissait ou nettoyait ses vêtements, tant ils étaient recouverts de traces de beuverie. Il se releva en tanguant, il s'était accroupi pour attraper la bouteille qui avait roulé sous son lit. La pièce eut un peu de mal à se tenir debout et stable, mais il lui laissa le temps de se reprendre: avec les trois bières qu'il s'était descendu pour se soutenir pendant sa quête, il comprenait que les murs aient des difficultés à retrouver leur position verticale. Il était patient, et il tapota les pierres pour les soutenir émotionnellement.
Il se trouvait maintenant dans un situation critique. Il n'y avait plus une goutte d'alcool dans sa chambre, et il n'avait pas un sou en poche pour aller à l'auberge. Allait-il devoir retourner à un état de sobriété minimale pour aller récolter quelques piécettes en soignant un clampin ou deux ? L'exploit lui semblait peu tentant. Ses articulations, usées par ses voyages et l'age, allaient protester dès qu'elles ne seraient plus huilées par de l'alcool. Quelle machinerie compliqué et capricieuse que le corps d'un vieil héros ...
Il avait une meilleure idée. Changer de vêtement, et aller profiter de la table de Chol. Il y avait toujours un peu à boire, et puis, il avait faim.
Il farfouilla dans son armoire à la recherche d'une tunique un peu moins sale, ce qui était complexe. Il mit enfin la main sur un tissu qui ne collait pas à sa main quand il fouillait sans regarder: parfait ! La tunique n'était tout à fait propre, mais assez correcte pour qu'il puisse aller à la table de son cousin sans honte. Enfin, pas que lui eut honte ! Sa gloire l'habillait de l'éclat de l'argent, et peu importe que cela s'incarna dans des vieux tissus gris élimés. L'avantage du gris de la sagesse, c'était que c'était aussi très bien le gris du cache-misère.
Un second problème: ses bottes, ces mauvaises, très mauvaises personnes, ne voulaient pas rester en place et se mettre autour de ses pieds. Le manque de respect de ces jeunes le sidérer ... Tant pis, il montrerait comme cela à tous la magnifique cicatrice qu'il avait eut lors d'un combat au coté du grand Hauldr Jissel, contre un fenghil qui avait attaqué leur expédition. Une des fois où ses talents en auto-soin lui avait sauvé la vie, ainsi que la vivacité de ses compagnons. Une cicatrice à arborer fièrement.
Il descendit donc pieds-nu, avec pour objectif: la neige. Ses longues années d'expérience d'alcoolique lui avait appris une chose: la meilleure façon de dessaouler, c'était de se faire un bain de neige.  Et sa meilleur solution pour se saouler, c'était d'avoir l'air à peu près sobre en début de repas, afin de tenir assez longtemps pour pouvoir siffler quelques bouteilles discrètement, et les finir dans sa chambre. Il n'aimait pas boire seul, mais la maisonnée de Chol n'écoutait plus ses histoires. Bande d'ingrats ...
Les marches se tinrent à peu près en place, et il atteint la porte principale du palais. Il vit des gens, mais ne se sentit pas de leur parler avant son bain spécial. Il tituba avec plus ou moins de discrétion un peu plus loin, en direction de l'écurie, et se pencha pour attraper une grande poignée de neige, dans laquelle il enfouit sa tête. Ah, libération ! Il sentit son cerveau, son merveilleux cerveau, se remettre à vibrer. Il n'avait plus qu'à prendre quelques unes de ses plantes spéciales, et sa gueule de bois ne serait qu'un lointain souvenir. S'il y avait un domaine médicinal où il s'était amélioré depuis son installation à Raufoss, c'était le traitement des mauvais effets de l'alcool. L'esprit plus clair, il commença à se demander pourquoi il y avait autant d'agitation dans l'écurie. Il y avait beaucoup plus de chevaux que d'habitude. Sa curiosité s'éteint aussi vite qu'elle était venue. Sûrement encore des ennuyeux, qui ne voudraient pas écouter ses exploits. Il se glissa dans les cuisines afin de trouver le liquide nécessaire pour avaler son remède. Il s'arrêta sur le pas de la porte. Qu'est-ce que c'était que ce chaos ? Des domestiques courraient dans tous les sens, Shara, la cuisinière, était rouge de crier sur tout le monde, il y avait de la nourriture de partout. Quel jour était-on pour qu'un tel festin se prépare ? La date émergea de l'alcool où il avait essayé de la noyer. C'était le jour de l'anniversaire de la mort d'Eirim. Enfin, c'était trois jours après. Ce qui expliquait la cuite de trois jours dont il sortait, et l'importance de retrouver la bouteille. Trois jours, c'est pas encore suffisant. Le souvenir commença à essayer de briller au milieu des brumes de son cerveau, et il hâta le pas pour attraper une bouteille quelconque. Malheureusement, elles semblaient tous s'enfuir sous sa main tremblante. Il soupçonnait les larbins d'être leur complice, il les voyait tourner autour de lui et le regardait avec méfiance. Ces traîtres ! Lui qui buvait si souvent en leur compagnie à la taverne ...
Les invités devaient être particulièrement important pour nécessiter un tel remue-ménage, et une cruauté aussi noire de la part des domestiques pour conserver l'alcool loin de ses pattes. Il se traîna, boitant encore plus lourdement à cause d'un bleu du à une attaque de tabouret la veille - tout le mobilier voulait-il donc sa mort ? - et atteint la marmite où il plongea un godet sans se troubler de ce qu'il contenait. Un liquide quelconque suffisait, et la soupe épaisse et parfumée qui cuisait était parfaite pour faire passer la concoction acre qui lui éclaircirait assez l'esprit pour trouver le moyen de l'obscurcir pour longtemps. Tout le jeu était de savoir être assez conscient le moins longtemps possible pour resombrer dans la douceur chaleureuse des bulles de la bière ...
On commença à le rabrouer de traîner là, alors il avala son godet d'un coup. Il parvint à attraper une chope remplie sur la sortie, et la descendit avec délice alors même que les effets de l'alcool et de son contre-coup s'évanouissait. C'était juste pour tenir jusqu'au repas. D'ailleurs, où était ce repas ? Il se dirigea résolument vers la grande salle, après avoir passé sa main dans ses cheveux légèrement graisseux, heureusement rincés à moitié par la neige. Des domestiques continuaient à le bousculer dans les couloirs, et il commençait à se demander qui pouvait provoquer autant d'empressement chez des serviteurs d'habitudes pas trop zélés. Sûrement un Hauldr voisin qui faisait une visite à l'improviste. Ça pouvait peut-être le distraire pendant un peu de temps.
Il lui fallu un peu de temps pour atteindre la salle du banquet, sa jambe le faisant souffrir, et il avait toujours l’impression que la topologie du palais changeait en fonction de la quantité d'alcool dans ses veines. Et soyons honnête, la seule qu'il connaissait vraiment ces dernières années, c'était celle d'après un tonneau.
Il parvint enfin à la porte, presque en forme, et rajusta avec sérieux ses vêtements et sa coiffure. Il constata que sa tunique propre était, à ses yeux sobre, aussi celle qu'il avait de plus riche. Se souvenant de l'importance de l'apparat quand il était encore l'Ombre du Pouvoir, il fut heureux de ce constat. Il ne voudrait pas ternir sa gloire. Il avait encore de la neige sur le col et le teint cireux, mais après tout, c'était pas devant le Hauldr voisin qu'il allait ternir sa gloire. La logique de son enchaînement de pensée lui apparu à lui-même comme douteuse, mais peu importait, la salle devant n'était rempli que de gens même pas assez intelligent pour le remarquer sobres. Il poussa la porte en tenant la tête haute. Quel était le crétin qui allait lui servir d'excuse pour nager dans des flots d'alcool ? Peut-être allait-il pouvoir lui conter quelques uns de ses exploits !
Il poussa donc la porte, et avança avec fierté dans la salle du banquet pour prendre sa place à la table du Hauldr, le regard sage et fier - alliance qui marchait mieux quand les vaisseaux de son œil droit ne formaient pas un réseau rouge sur sa cornée jaunâtre - marchant d'un pas décidé et nu pied. Il ne reconnu pas l'homme qui était forcément l'invité d'honneur, au vu de la place qu'il occupait à table, mais s'assit à coté de lui, place qui lui revenait quand il n'était pas lui-même assis à coté de Chol. Il ne fit pas attention aux mines horrifiés de la plupart des gens en le voyant se servir généreusement de bière, et faire de même à son voisin.

"Et à la votre ! Je suis Nirlem Ruetnac, plus connu sous le surnom d'Ombre du Pouvoir. Vous avez surement entendu parler de moi ? Non ? Alors je vous conterai tout ça ! Et vous, qui êtes vous, pour créer un remue-ménage si paniqué en cuisine qu'on ne laisse pas un honnête vieil homme, un savant illustre et renommé, un conseiller des grands, bref, moi, prendre une petite bouteille bien méritée ?"

Il arrosa sa tirade d'une longue gorgée, en attendant la réponse de son interlocuteur.

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Dim 21 Mai - 15:03


Nos montures n’avaient pas encore atteintes l’écurie que la paisible demeure du Hauldr de Raufoss s’était transformée en une fourmilière sur laquelle on aurait marché par inadvertance – ou volontairement. A chaque fenêtre de l’édifice, des lumières s’éclairaient, et des silhouettes se mouvaient. Déjà des cris parvenant des cuisines retentissaient. Une voix se dégageait, une voix de femme au bord de la crise de nerf. Certainement la cuisinière.
Nous descendions de nos montures, et mes kriegers étaient ravis de ce qu’ils entendaient. Un festin se préparait, et même si ce dernier serait certainement modeste, cela n’allait pas entamer leur bonne humeur. Alors que j’avais laissé mon sleiplnir dans un coin de la grange qui servait d’écurie, un homme arriva presque en courant. Il portait une tunique rouge et des braies brunes, le tout décoré de quelques broderies jaunes et de ceintures de cuirs. L’ensemble était ajusté de façon chaotique. Il ne portait pas de manteau et les bottes à ses pieds n’étaient pas faites pour la boue. Le Hauldr Chol avait tout juste mis une tunique convenable avant de venir me rencontrer, et ma visite lui avait déjà coûté une paire de botte.
Il s’avança vers moi aussi dignement qu’il le pouvait et tenta de garder son calme en m’adressant la parole :
« Monseigneur Niklas Goðbarn Nominoeson bienvenue à Raufoss, je suis Chol Stordrekka Reynaldson, Hauldr de la ville, déclara-t-il humblement en inclinant la tête et en tentant de maîtriser sa voix – bien qu’une certaine angoisse perçait.
–– Merci pour votre hospitalité Hauldr. Mes kreigers et moi sommes fourbus de notre journée de voyage et un repas au coin d’un feu, et au sec, nous ferra le plus grand plaisir, répondis-je courtoisement en dissimulant mon amusement pour la situation.
–– Heu… Hm. Oui. J’espère que le repas vous conviendra monseigneur Niklas Goðbarn Nominoeson. C’est que nous n’étions pas prévenu de votre visite… continua le Hauldr, anxieux que je puisse lui reprocher un mauvais accueil.
–– Je pensais atteindre Gjøvik aujourd’hui. Mais la forêt est un véritable marécage en cette saison ! Mais ne vous inquiétez pas, un peu de soupe chaude nous suffirait, répondis-je à ses inquiétudes, je ne tenais pas avoir un Hauldr gémissant comme interlocuteur durant le repas. Mais dirigeons nous vers ce foyer tant souhaité si vous le permettez, nous serons plus à l’aise que dans le froid et la boue. Ha et une dernière chose, monseigneur Niklas suffira, il n’est pas nécessaire d’alourdir les conversations !
–– Heu… Oui comme vous le souhaitez monseigneur Niklas, bégaya le Hauldr. Suivez-moi. »


Nous traversâmes la demeure secouée par le remue-ménage causé par ma venue. Le Hauldr Chol s’arrêtait régulièrement pour demander aux serviteurs où en étaient les préparatifs du repas et des chambres pour les invités. Je devais reconnaître que malgré le manque évident de moyen et quelques difficultés oratoires, Chol s’en sortait plutôt convenablement face à la venue inattendue d’un Nominoeson.
On nous fit entrer dans la grande salle de la demeure du Hauldr. Un grande table avait été dressée et garnie de victuailles. Mes kriegers prirent place autour de la table tandis qu’on me fit assoir à côté du seigneur. Ce dernier était toujours un peu nerveux, ce qui était compréhensible.
« Ceci vous convient monseigneur Niklas ? demanda-t-il un peu timidement.
–– Très bien très bien, vous savez, j’ai déjà eu de moins bon repas que celui-ci lorsque j’étais en raid ! »
, répondis-je avec un ton enjoué.
Mon escorte commença à manger et boire dans la bonne humeur. Pour ma part, je parcourais du regard la pièce. Des serviteurs essentiellement. La femme et les enfants de Chol n’étaient pas encore présents, ils devaient certainement s’habiller avant de descendre. Le Hauldr était anxieux mais tâchait de sourire. Toutefois, rien dans la pièce n’indiquait la présence de l’objet de cette visite. Cela était plus contrariant. Aux dernières nouvelles, mon homme résidait dans la demeure des Stordrekka. Si Chol avait décidé de mettre à la porte son cousin, cela allait compliquer le voyage.

La porte de la salle s’ouvra brusquement, et laissa entrer un homme, plutôt âgé, et à la démarche presque certaine. Il portait une tunique qui avait pu être riche une dizaine d’année auparavant, et ne portait pas de botte. Cette tenue était complétée par un peu de neige dans le col. Il avança la tête haute, le buste bombé – un peu à la manière du garde – et le teint blafard. Ses pas lents étaient irréguliers, et bien qu’il avança sans peine, il tanguait à droite et gauche.
Dans la salle, les serviteurs étaient figés, et certains portaient leurs mains au visage. A côté de moi, le Hauldr Chol se raidit, et j’entendis presque son cœur battre de ma place. Mes kriegers s’étaient interrompus, et regardaient avec amusement ce curieux personnage. Lotta fit toutefois quelques gestes dans ma direction.
Est-ce que je le mets à la porte ?
Non. Laisse le faire. Répondis-je d’un mouvement.
L’homme s’assit lourdement à côté de moi, et me servit de la bière jusqu’à ce que ma chope déborde.
« Et à la votre ! Je suis Nirlem Ruetnac, plus connu sous le surnom d'Ombre du Pouvoir. Vous avez surement entendu parler de moi ? Non ? Alors je vous conterai tout ça ! Et vous, qui êtes vous, pour créer un remue-ménage si paniqué en cuisine qu'on ne laisse pas un honnête vieil homme, un savant illustre et renommé, un conseiller des grands, bref, moi, prendre une petite bouteille bien méritée ? »
Il conclut sa tirade d’une longue gorgée d’alcool tout en guettant ma réponse. Chol semblait ne pas savoir que faire. Son visage était figé, tout comme l’ensemble des serviteurs. Je répondis à « l’Ombre du Pouvoir » d’un ton désinvolte.
« Arf. Je me nomme Niklas. Veillez m’excuser de m’en prendre à vos bouteilles, la route fut longue. »
Je bus une longue gorgée de bière. J’entendis quelques-uns de mes kriegers glousser et vis du coin de l’œil le Hauldr Chol toujours tétanisé, ne sachant pas encore si mes prochaines paroles allaient être une demande à mes guerriers de mettre sa tête au bout d’un pic.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Mar 23 Mai - 12:40

La douce amertume de la bière ruisselait dans sa gorge, et il sentit les brumes grises de son chagrin se dissiper. Il laissa ses épaules se relâcher, et porta son attention à son interlocuteur.

« Arf. Je me nomme Niklas. Veillez m’excuser de m’en prendre à vos bouteilles, la route fut longue. »

Sympathique ce guerrier ! Il le détailla d'un regard curieux au dessus de sa chope. Il avait effectivement l'air d'avoir passé la journée en voyage, mais sa tenue trahissait qu'il était plus que krieger. De toute façon, un simple krieger n'aurait pas la place d'honneur et ne mettrait pas un tel foutoir dans les cuisines. Il coula un regard vers son cousin, qui semblait absolument pas dans son assiette. Il but un nouvelle gorgée, plus raisonnable, pour gagner du temps. Niklas, Niklas, ce n'était le nom d'aucun Hauldr de la région. Il en avait croisé quelques dans sa vie, mais l'age ne correspondait pas. Ah si, y avait ce chef de raid qui lui avait parlé de son fils qui s'appelait ! C'était qui déjà ? Un homme important, beaucoup trop important pour que son fils débarque sans prévenir chez un quelconque Hauldr. Ses souvenirs se brouillaient, il se souvenait simplement que c'était un sacré lycan, qui avait une certaine tendance à l'énervement. Bah, ça faisait toujours une histoire à raconter, et puis c'était une beau récit, une illustration digne de sa gloire.

« Niklas... On m'a raconté une histoire amusante sur un de vos homonymes ! C'était dans un raid au Malroyaume, dans ma jeunesse. J'avais accompagné le rand en tant que soigneur, il y avait de quoi faire ! Et j'ai eu quelques fiers combats moi-même, ils savent se battre là-bas ! Enfin bref, après être tombés sur des guerriers qui se sont bien défendus, notre chef de rand s'était pris un rude coup, une balafre comme ça - il étendit ses bras comme pour mesurer un poisson - en travers de la poitrine, une vilaine blessure. J'ai passé un sacré bout de temps à le rafistoler ! Il s'en serait sûrement pas sorti sans moi, j'ai une expertise rare en matière de blessures de guerre, même si ce n'est pas ma spécialité. Il a commencé à avoir une infection, de la fièvre et un peu de délire, et il parlait sans cesse de son fils aîné, Niklas ! Il était encore jeune à l'époque, devait avoir la dizaine d'années, et juste avant que notre meneur parte en raid, il a voulu lui montrer qu'il était assez grand et fort pour tenir leur nom en son absence. Au moment du départ, il a essayé de brandir la hache de guerre de son père, et il s'est rétamé sous le poids. S'est étalé complètement devant tout le monde ! - Il laissa échapper un gloussement attendri en se représentant l'image. - Le leader avait des fous rires à raconter ça en boucle au milieu de son délire, c'était pas possible de le tenir tranquille pour changer ses pansements. Je me demande bien ce qu'il est devenu, le petit guerrier haut comme trois pommes, j'espère qu'il a pris un peu des bras ! »

Il s'étouffait un peu avec sa bière, en oubliant complètement son assistance. C'était un bon temps, au tout début de ses errances aventurières. Mais c'était qui déjà, ce chef de rand colérique ?

« Enfin, vous inquiétez pas, vu comment ils se démènent pour vous faire un festin - je vous assure qu'ils ont sorti leur meilleur tonneau, j'en ai pas souvent du comme ça ! - Vous avez donné une autre renommée au prénom Niklas ! »

Il lui fit un sourire chaleureux, levant sa choppe à sa santé, sur le ton de bonne camaraderie qui régnait dans les banquets de kriegers, auxquels il avait souvent participé à l'époque où il accompagnait des guerriers pour les soigner. Il sentait bien que son attitude était déplacée, et une partie de son esprit calculait tous les problèmes de la situation, tout en cherchant désespéramment qui pouvait être Niklas. Il sentait un danger dans les visages anxieux de toute la maisonnée, mais ne voyait pas trop qui pouvait le menacer, lui, au milieu de la maison de Chol, et partait du principe qu'il était toujours plus rentable d'être chaleureux et sympathique. Ce qui le dérangeait le plus, c'était de ne pas retrouver le nom du chef de rand, parce qu'il était sur que c'était quelqu'un d'important, qu'il était fier d'avoir eu pour compagnon et patient.

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Mar 23 Mai - 17:15


L’homme me fixa tout en buvant sa chope. Il semblait essayer de rassembler ses esprits. Plutôt une bonne chose, l’alcool ne semblait pas avoir détruit toutes ses capacités intellectuelles. Je commençai à manger en incitant mes kriegers à faire de même. Les serviteurs se remirent en action en essayant d’être les plus délicats possibles, comme si le bruit d’une assiette frappant la table pourrait déclencher ma colère. Le Hauldr Chol approchait timidement sa main à sa chope pour la boire.
Le dénommé Nirlem était perdu dans ses pensées… Puis d’un coup ses yeux s’élargirent et il s’exclama, sûrement plus fort que ce qu’il pensait :

« Niklaaas... On m'raconté une histoire amuzante sur un’d’vos’omonynymes ! C'était dans’un raid au Maleuhroyaume, dans ma zeunese. J'avais’accompagné le rand en tant que zoigneur, y’avait de quoi faire ! Et z'eu quelques fiers combats moi-même, zavent ze battre là-bas ! Enfinbref, après’être tombés sur d’guerriers qui zont bien défendus, notre chef d’rand z'était pris un rud’coup, une balafre comme za - il étendit brutalement ses bras comme pour mesurer un mouton - en travers d’la ‘trine, une vilaine bl’sure. J'passé un zacré bout d’temps à l’rafi’tloler ! Z'en serait sûrement pas sorti sans moiii, j'une x’pertise rare en matière de bl’sures d’guerre, même si c’n'est pas ma zécialité. Il a commencé à avoir une infection, d’la fièvre et un peu d’délire, et il parlait sans cezesse de son fils’aîné, Niklas ! Il était encore zeune à l'époque, d’vait zavoir la dizaine d'nées, et zuste avant que n’tre m’neur parte en raid, il voulu lui m’trer qu'il était zassez grand e’fort pour t’nir leur nom en son absence. Au moment du’d’part, il a zayé de bran’dir la zache d’guerre de son père, et il s'est rét’amé sous’le poids. S'étalé comp’tement devant tout le zonde ! - Il laissa échapper un gloussement attendri à l’haleine chargée d’alcool - Le leader zavait d’fous rires à raconter za zen boucle au milieu d’son d’lire, z’était pas possible d’le t’nir tranquille pour changer ses pansements. J’me demande bien ze qu'il est d’venu, le petit guerrier zaut comme trois pommes, z'espère qu'il pris un peu d’bras ! »

Nirlem s’étouffa bruyamment avec sa chope à la fin de sa tirade, cachant le bruit du Hauldr Chol qui s’étouffait lui aussi. Mes kriegers étaient hilares, le spectacle leur convenait à merveille. Pour ma part je souriais, et j’étais satisfait. Il s’agissait de mon homme. Je me souvenais de père qui revenait de ce raid avec cette grande balafre qu’il montrait à tous ses lieutenants pour leurs prouver qu’il était le plus fort…. Et qui après essayait de calmer mère qui le traitait d’inconscient d’avoir laissé un va-nu-pieds du Malroyaume le blesser. Elle était de plus rentrée dans une colère noire quand elle avait appris que père n’avait pas suffisamment récompensé le chaman qui l’avait soigné. Tout cela était du passé, mais mère n’avait pas oublié ce chaman et son travail qu’elle avait jugé de bon – chose rare.
Le  beuglement de mon voisin me fit sortir de ma rêverie.

« Enfin, vous'inquiétez pas, vu comment ils dém'nent pour vo'faire un festin - je vous zassure qu'ils'ont s'ti leur meilleur tonneau, j'ai pas souvent d'comme ça ! - Vous zavez d'né une autre re'mmée au pr'nom Niklas ! »

Il me fit un magnifique sourire de toutes ses dents jaunies en levant sa choppe, attendant que je réagisse. L’homme à mes côtés ne ressemblait à rien à la description faite par mère. Elle m’avait parlé d’un homme cultivé, un savant s’intéressant aux remèdes. Mais c’était un krieger à la retraite, un guerrier qui avait eu la malchance de ne pas mourir au combat qui était assis là.
Je ne savais pas encore si je trouverai ce que j’étais venu chercher – et je doutais même de plus en plus. Mais il était inutile de rendre ce repas désagréable, et Chol semblait être un homme censé : faire bonne figure auprès de lui ne pourra être que bénéfique. Certains Hauldr y verraient un faible qui se laisse écraser, mais Chol gardera le souvenir d’un seigneur compréhensif.
Je levai donc ma choppe et trinquai avec Nirlem, avant de me tourner vers le Hauldr avec un ton de confidence, tout en parlant assez fort pour que toute l’assistance entende :
« J’avais sept ans en fait. Et je soupçonne père d’avoir lesté sa hache ! »
Je bus une grande gorgée sous les rires de mes kriegers et sous le regard des serviteurs qui semblaient s’être ressaisis.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Mer 24 Mai - 11:04


Son interlocuteur réfléchit un instant, et Nirlem repassa en tête ce qu'il venait de dire. Il ne lui semblait pas avoir utilisé un concept qui dépasserait les capacités mentales d'un homme moyen... L'invité était-il encore plus lent qu'un Haïsrandher ordinaire ? L'intelligence de ce pays allait à va l'eau, s'il fallait tant de temps pour comprendre une histoire aussi simple... Il trinqua enfin avec lui, et Nirlem descendit avec soulagement sa choppe. L'humanité n'était pas tout à fait condamnée. Niklas ajouta ensuite, d'une voix assez forte pour que toute l'assistance entende.

« J’avais sept ans en fait. Et je soupçonne père d’avoir lesté sa hache ! »

Ah ... Visiblement, il avait retrouvé le fils d'un de ses compagnons d'aventure ! Et il avait le sens de l'humour, même si la précision qu'il avait ajouté en montrait la limite. Bah, tant qu'il trinquait avec lui, il lui demandait pas plus ! Il détailla de nouveau son voisin de beuverie, cherchant des souvenirs dans ses traits. Il ne parvenait pas toujours pas à retrouver. Ses souvenirs s'étiolaient vraiment ... Ce constat, qui venait régulièrement le piquer, lui fit perdre le sourire. Il avait mauvaise conscience de priver l'humanité de tous ses précieux savoirs que lui seul connaissait. Mais après tout, ces connaissances ne lui avaient pas servi la seule fois où il en aurait vraiment eu besoin, alors ... Il chassa ses pensées, et se concentra sur sa choppe vide. Où était le pichet ? Nul part à portée de main, il soupçonnait Chol d'avoir ordonné discrètement qu'on les éloigne de lui. La mauvaise humeur commençait à le prendre, ses vieux démons revenaient le tarauder, il avait besoin de les repousser. Alors, il était où cet alcool ? On allait pas le priver, lui, il avait fait assez pour la Skania pour qu'on ne lui refuse pas le peu qu'il demandait !
Il avait conscience qu'un certain temps s'était écoulé depuis sa conversation avec Niklas, peut-être quelques choppes, mais sa notion du temps et du réel était trop perturbée pour qu'il se rende compte de ce qu'il se passait. A ce moment-là, il entendit Chol discuter avec son invité. Cela devait faire un moment qu'il parlait, mais il n'y avait pas fait attention jusque là.

« Comment se porte le Suðrið, Niklas Nominoeson ? »


A la façon dont son cousin appuyait sur le nom, Nirlem comprit que ça faisait plusieurs fois qu'il essayait de lui faire passer discrètement l'information, et qu'il commençait à perdre patience. Nominoé, c'était ça le nom qu'il cherchait ! Nominoé, Jarl du Suðrið ! Un fou rire débuta à se former dans sa poitrine. Il se souvenait très bien de Nominoé à présent, et de ces colères telles qu'ils avaient décidé de garder secret l'histoire de son fils, pour éviter d'en essuyer une. Et lui venait de le raconter devant le-dit fils ! Il était prit de hoquets de rire mal contenu. Chol devait tellement avoir envie de l'étriper à l'instant, lui qui se faisait toujours tout petit devant les plus puissants. Il jeta un regard dans sa direction, et constata qu'il se trompait pas. Derrière son visage d’hôte sympathique, il voyait très bien la veine palpitant à son cou, comme quand il se faisait enguirlander parce qu'il était à la traîne pendant leurs études dans leur enfance. Cela contribua à empirer son rire à demi contenu, et il se cachait derrière la patte de poulet qu'il mangeait. Il parvint - à son opinion - à réprimer la majeur partie de son amusement pour dire:

« Nominoé ! Jarl du Suðrið ! C'était donc ça le nom de ce fier combattant ! Je suis content de retrouver son fils, vous avez l'air digne de lui ! Et d'avoir beaucoup de sens de l'humour, je vous en félicite, rares sont les guerriers qui maîtrisent la précieuse qualité qu'est rire de soi-même. »

Voilà qui devait assez rattraper la coup pour que Chol attende au moins la fin de sa migraine du matin pour venir lui hurler dessus demain. Il ne voyait pas ce qui l'inquiétait tant, il en avait côtoyé un certain nombre, de Jarls et équivalent au Malroyaume, ils étaient pas si terribles que ça. Il faut dire qu'il les voyait surtout malades, ça limite un peu leur envie de faire du mal à leur soigneur. Son savoir immense lui avait toujours permis de ne pas avoir à trop s'écraser, ce qui était plutôt agréable. En espérant que celui-là avait entendu parler de sa réputation ...

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Jeu 25 Mai - 0:54


L’ivrogne me dévisagea quelques instants, puis plongea son regard dans sa choppe, comme s’il cherchait des réponses à l’univers au fond de sa bière. Je portai à nouveau mon attention sur Chol est entamai les conversations courtoises entre deux seigneurs. Nous commençâmes par parler du mauvais temps, qui empêchait les fermiers de travailler aux champs et rendait la chasse difficile. Puis je fis connaissances avec la petite Elda et sa mère Adela, la famille du Hauldr qui se présenta dans leur plus belle robe. Leur fils Karel était actuellement au Suðrið pour trouver un rand à rejoindre pour partir en raid au début de l’été. Ces bavardages n’avaient aucun intérêt, aussi bien pour mon hôte que moi-même, mais permettaient de faire passer le temps sans aborder de sujet fâcheux – comme mon voisin alcoolique qui continuait à fixer sa choppe.
Toutefois, ces discussions permettaient toujours d’analyser son interlocuteur, de voir ses centres d’intérêts, sa façon de s’exprimer, sa façon de penser. Le Hauldr Chol était un seigneur commun, protégeant sa famille et gérant ses terres. Mais il était aussi quelqu’un de compatissant – la présence de son cousin à table pouvait l’attester. Nirlem avait de la chance de ne pas être de ma famille, cela aurait fait longtemps qu’on aurait plus entendu parler de lui. Je constatai aussi que Chol insistait ouvertement sur le Nominoeson. Il essayait tant bien que mal de faire comprendre à son cousin l’importance de son invité.

« Comment se porte le Suðrið, Niklas Nominoeson ? »

Il insista plus lourdement encore dans cette dernière question. Je sentais de l’énervement. Le comportement de Nirlem l’agaçait de plus en plus – et cela se comprenait parfaitement. J’entendis mon voisin glousser bruyamment. Quand je me tournai vers lui, il tentait de se cacher derrière une cuisse de poulet à moitié dévorée tout en riant de plus en plus fort. Il finit par s’esclaffer bruyamment avant que je puisse répondre à la question du Hauldr :
« Nominoé ! Jarl du Suzriz ! C'était donc za le nom d’ce fier com’tant ! J’suis c’tent d’trouver son fils, vous zavez l'air digne d’lui ! Et d'voir beaucoup de zens d’l'humour, je vous en félizite, rares sont l’guerriers qui maît’sent la prézieuse qualité qu'rire d’zoi-même. »

Il fit un immense sourire en direction de son cousin, se risquant même à un clin d’œil maladroit. Il devait penser qu’avoir réussi enfin à m’identifier allait éviter tous les problèmes. Et bien. Presque une demi-heure à « l’Ombre du Pouvoir » pour identifier l’aînée d’un des Jarls de la Skania, alors qu’il avait mon nom, très glorieux. Et dire que mère semblait avoir une bonne estime de cet homme…

« Ha ça. On dit que j’ai hérité du sens de l’humour de mon père ! Mais que je suis un peu plus sage que lui, un trait de caractère de ma mère sûrement. », répondis-je nonchalamment à sa remarque.
Chol qui avait repris des couleurs blêmit à nouveau. Décidément, à chaque fois que son cousin parlait, son état de santé se dégradait.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Mer 31 Mai - 5:04


Chol semblait très soulagé de l'entendre reconnaître leur hôte, et Nirlem se fit la note mentale de le remercier de ses efforts pour le faire comprendre. La diplomatie, c'était compliqué, il en savait un rayon, à l'époque où il conseillait des leaders. Bon, il ne se souvenait pas présentement de grand chose en dehors de ce principe général: les gens les plus dangereux ne sont pas ceux qui hurlent, mais ceux qui restent silencieux. Et aussi, faut pas marcher sur les pieds de plus puissants que soi. Il vérifia où étaient ses pieds, mais il était bien à l'abri sous la table, tout allait bien. Ah, il était pied nu aussi, d'ailleurs. S'il marchait sur le pied de son voisin, il lui ferait moins mal, il avait donc tout prévu. Celui-ci lui répondait d'ailleurs, et il se concentra pour suivre ses paroles.

« Ha ça. On dit que j’ai hérité du sens de l’humour de mon père ! Mais que je suis un peu plus sage que lui, un trait de caractère de ma mère sûrement. »


Qu'est-ce qu'il venait de lui parler de sa famille, lui ? Il avait pas demandé un portrait de famille ! Nominoé, il était comment déjà ? Il se souvenait assez bien de ses blessures, mais de son caractère... Ah il se souvenait du surnom qu'il lui donnait dans sa tête: le Grand Malade. Les quelques fois où il lui avait échappé, les gens avaient cru qu'il faisait référence à ses plaies et à sa taille, mais c'était bien son état mental qu'il visait: ce type était un fou furieux. Étonnant que cela ne lui était pas revenu plus tôt. C'était donc son fils à coté de lui. Et qu'il venait d'insulter indirectement. Il reposa sa chope. Les choses devenaient sérieuses, Choll allait lui arracher la tête s'il lui mettait Niklas à dos. Celui-ci affirmait avoir plus de sagesse que Nominoé, mais cela laissait la marge entre sain d'esprit et fou sanguinaire, et elle était large. Hum, que dire ? Il pouvait pas vraiment aller dans son sens, et sous entendre que Nominoé manque de sagesse - même si c'était déjà un sacré pléonasme. Mieux valait changer de sujet.

« Alors, qu'est-ce qui vous amène dans les terres de l'Austrið, Nominoeson ? »

C'était la diversion la moins discrète qu'il ait jamais entendu, mais avec la salle qui tournait autour de lui et les coups de marteau qui tambourinaient contre ses temps, il ne pouvait pas vraiment faire mieux. Il se mit à descendre son assiette au plus vite, en espérant éponger un peu de l'alcool qu'il avait ingéré.

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Jeu 1 Juin - 23:34


Chol qui avait repris des couleurs blêmit à nouveau… Et son cousin ne semblait plus aussi assuré qu’en début de repas. Il posa sa chope un peu violement et blêmit quelque peu, accentuant son teint cireux.

« Rhmmm. Hmmm. Heu… Alors, qu’esz qu’vous zamène d’les terres de l'Austriz, N’minoezon ?... »

Visiblement, l’Ombre du Pouvoir avait enfin compris la situation. Dommage pour lui qu’il ne soit pas plus sobre : sa question aurait été beaucoup moins maladroite. Toutefois, je n’en tins pas rigueur, et je déclarai à mes deux voisins au visage pâle comme neige :
« Je me rends à Lillehammer. Je dois m’entretenir avec le Jarl Melker des raids de cet été. »
Je haussai la voix et m’adressai à l’assemblée entière pour que mes kriegers m’entendent bien :
« Nous partons à l’aube demain ! Nous avons déjà du retard ! »
Mon escorte se regarda d’un air entendu. Celui qui ne sera pas en selle demain à l’aube risquera de devoir faire le trajet jusqu’à la capitale de l’Autrið à pied et en courant.
« Si vous le permettez, je vais prendre congé et rejoindre ma chambre, si l’un de vos serviteurs peut m’y conduire Hauldr Chol ? »
La comédie avait assez duré, j’avais d’autres projets à mettre à exécution. Je vis l’immense soulagement sur le visage du Hauldr qui en oublia presque de me répondre.
« Oui bien sûr monseigneur Niklas. »
Il fit signe à une serviteur qui s’avança vers moins et me demanda de la suivre. Je me levai et me tournai vers mes hôtes dans une dernière révérence.
« Hauldr Chol, madame, mademoiselle, sir Nirlem. Je vous souhaite une bonne soirée. »

J’emboîtai le pas à la domestique et la suivis jusqu’à ma chambre.
« Monseigneur, voici votre chambre. Le Hauldr Chol sera dans la chambre d’à côté, et en face se trouve la chambre de sir Nirlem.
–– Merci, ça sera tout, vous pouvez disposer. »
, répondis-je formellement.
Quand elle fut dans les escaliers, je laissai échapper un sourire. Juste en face donc. Je n’aurais pas besoin d’aller le chercher à travers toute la demeure au moins.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Ven 2 Juin - 7:20


Nirlem devait avoir recours à tout ce qu'il lui restait de dextérité pour avaler à toute vitesse de la nourriture tout en ayant l'air à peu près poli. Heureusement l'invité ne semblait pas s'en formaliser, et répondit simplement:

« Je me rends à Lillehammer. Je dois m’entretenir avec le Jarl Melker des raids de cet été. »

Rien de plus normal. Il n'était donc là que par hasard, comme étape sur son chemin il avait décidé de traumatiser Chol et de jouer avec ses nerfs. La sympathie qu'il avait ressentie pour lui au premier abord était à présent complètement effacée. A présent qu'il essayait de se concentrer, il commençait à prendre conscience de la situation dans lequel il avait mis son cousin, et cela l'irritait. Ou alors c'était juste d'être repassé l'eau, ce liquide fadasse qui lui donne l'impression de boire de l'air tiède. Toujours était-il qu'il commençait à être sur les nerfs, et déchirait son poulet avec une agressivité inutile. Enfin, Niklas déclara la fin du banquet pour ses hommes, et ils quittèrent la salle alors que Nirlem se forçait à boire de l'eau avec plus de difficulté que si c'était de l'eau de vie. C'est vraiment avec ça qu'il tournait dans sa jeunesse ? Il n'avait plus l'age de boire ce truc, c'est plein de maladie l'eau.
Les bruits de pas venaient juste de s'éteindre au loin dans un couloir quand Chol se leva et indiqua d'un geste que le banquet était fini pour tous. Nirlem sentit que c'était le moment pour faire une sortie discrète, et fit reculer sa chaise furtivement. Ses pieds nus étaient plus silencieux mais il avait du mal à avancer rapidement sans tomber. Les domestiques étaient en train de vider la table que tous les convives avaient quittée quand il sentit une main se poser sur son épaule alors qu'il croyait avoir réussi sa sortie furtive. Il se retourna en rassemblant toute la dignité qu'il pouvait trouver et tenta d'offrir un regard serin à son cousin. Et se prit un seau de neige sur la tête.

« Ca va mieux comme ça ? »

La voix glacé de son cousin lui fit plus de choc que la neige. Chol était une personne très difficile à faire sortir de ses gonds, surtout contre sa famille. Il avait visiblement atteint la fin de sa patience. Nirlem fit tomber la neige qu'il avait sur la tête d'un mouvement lent, attendant la suite.

« Tu m'a fait perdre la face devant un fils de Jarl, Nirlem. Tu te crois peut-être encore dans des aventures de jeune rebouteux qui peut se permettre ce qu'il veut, mais moi je suis un Hauldr qui doit protéger ma ville et ma famille. Je ne peux pas me permettre d'offenser un Nominoeson. Et toi non plus. Tu es vieux, croulant et alcoolique Nirlem. Tu n'es plus protégé par ton savoir. Tu sais même plus aligner trois mots et je ne te confierai pas un poulet à soigner. J'ai été patient avec toi, mon cousin. J'ai attendu que ça te passe. Des guerriers qui oublient leurs morts avec des tonneaux, je sais ce que c'est. Mais toi tu passes la raison. Tu ne m'as jamais expliqué ce qui te hantait à ce point, mais aucun malheur ni aucune perte ne mérite de te perdre comme ça, et de nous perdre aussi. Il est temps que t'oublies. Si je te vois encore une fois ... »

Nirlem avait été prêt à laisser son cousin évacuer sa colère sur lui, et à s'excuser car il sentait lui-même qu'il l'avait mis dans une position très confortable, mais ces derniers mots avaient ranimé de vieux souvenirs douloureux, et il ne retrouvait plus la patience de sa jeunesse et de sa sobriété.

« Je ne l'oublierai pas,
le coupa-t-il avec sécheresse. Si tu veux me chasser du toit de mon père, attend demain, ça fera mauvaise figure devant le Nominoeson. »

Il fit demi tour et partit d'un pas plus sur, la combinaison du choc de la neige et de l’adrénaline de sa colère lui ayant fait retrouver un peu de sobriété. Il s'arrêta sur le pas de la porte et se retourna pour déclarer d'une voix trop forte pour ne pas faire sursauter Chol, inquiet d'être entendu par les kriegers du Suðrið.

« Nominoé est un malade, une brute féroce qui n'a même pas de reconnaissance pour ceux qui lui sauvent la vie. Alors n'attend rien de son fils, qui s'amuse à terroriser des petits Hauldrs comme toi pour sentir sa propre puissance. Si tu étais de sa Svaeði, il t'écraserait pour le plaisir. S'il t’assassine pas pendant la nuit, il t'aura oublié demain. Tu n'as qu'une poussière de botte pour lui, Chol. Le ménager est aussi utile qu'implorer un nuage de ne pas grêler. Les gens de ce genre sont des nuisances qu'on a pas à craindre mais à endurer. Bonne nuit, cousin. Ferme ta porte à clé.»

Il repartit d'un pas lourd vers sa chambre, sans faire attention à Chol, qui ne savait pas trop quoi faire de ses paroles. Divagations d'alcoolique ou réminiscences de l'Ombre du Pouvoir ? Nirlem avait un vague sourire en passant la porte de sa chambre, plutôt satisfait de la frayeur de son cousin qui le vengeait un peu.
Il râla en voyant que Chol avait envoyé quelqu'un récupérer toutes les bouteilles et poser un pichet d'eau sur la table. Il en bu un peu pour combattre sa bouche qui devenait pâteuse, vérifia rapidement que la pièce était vide, et ferma la porte sans grand espoir que cela lui soit utile. Il se coucha sans même se changer, se laissant tomber sur son lit avec lourdeur. Tous ces ignorants, ces ignares stupides et incultes, ces brutes, comme son voisin d'en face, lui tapait sur les nerfs.

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Ven 2 Juin - 23:54


J’étais assis en tailleur sur le lit, à écouter les bruits de la maisonnée. Le brouhaha de mes kriegers se rendant à leurs chambres, le bruit des serviteurs débarrassant la table, je perçus même un éclat de voix de Chol – ce dernier avait peut-être enfin décidé de dire ce qu’il avait sur le cœur à son cousin.
Mes sens affutés me permettaient de percevoir l’activité. Bien sûr, ce n’était en rien comparable aux sens de ma forme bestiale. Quand le loup prenait le dessus, je pouvais entendre jusqu’au battement de cœur, sentir jusqu’à la peur, voir même avec seulement les étoiles comme lueurs. Je frissonnai. Tant de pouvoir enchaîné dans un corps. La plupart des lycanthropes la voyait comme une bête féroce, un monstre de puissance permettant de faire d’eux des héros sanguinaires et victorieux. Mais pourquoi réduire notre don à l’appât du sang ? Cette force surhumaine, cette vitalité incroyable, ces sens surdéveloppés… Si seulement nous pouvions mieux les contrôler… Mes différentes transformations avaient déjà laissés des traces sur moi. L’obscurité me gênait peu, j’entendais facilement à travers les portes, et ma rondache me paraissait plus légère. J’étais encore loin des crocs de loup et des yeux féroces de père, mais déjà je sentais la bête grandir.

Ma rêverie fut interrompue par la porte de la chambre voisine qui s’ouvrit, suivi de bruits de pas, puis de la porte qui se referma, suivit du bruit d’un verrou. Le Hauldr Chol ne semblait pas serein. Qu’importe, je n’étais pas là pour lui. Je restai concentré sur les bruits de la demeure, et j’entendis un pas lourd monter les escaliers, puis quelqu’un s’approchant lentement de la chambre d’en face avant d’y pénétrer. Très bien, Nirlem avait donc rejoint ses quartiers.
J’attendis quelques instants dans la pénombre de ma chambre que les bruits de la demeure se calment. Un à un, les serviteurs allèrent se coucher, et bientôt on n’entendit puis que le bruit du vent dans le feuillage au dehors. Je sautai du lit, et m’étirai, avant de sortir dans le couloir. Après avoir vérifié que plus personne n’était présent, je toquai doucement à la porte de mon voisin d’en face. Trois coups secs, avant de déclarer à travers le bois :
« Sir Nirlem, est-ce que vous êtes là ? »

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Dim 4 Juin - 5:33


Nirlem s'était endormi comme une masse à l'instant même où son corps usé avait touché son lit. Il se noyait dans le sommeil agité qui était le sien depuis des années, depuis que l'alcool était devenu son seul moyen d'accepter les bras de Morphée. Des figures sans formes passaient autour de lui, lui donnant le vertige. Le visage d'Eirim surgit des ombres, son souvenir toujours parfaitement intact, jusqu'à la courbure de ses lèvres dans son habituel sourire faussement innocent quand son ami le taquinait. L'éclat particulier de son regard quand il parlait de l'Hier, son obsession. Sa voix quand il bougonnait parce que Nirlem le distrayait de ses réflexions. Sa peau qui malgré ses aventures avait toujours paru douce sous sa main.... Il avança ses doigts pour toucher sa joue, qui à son contact devint glacée. Sa peau se fissura et tout son corps se brisa comme une statue de glace sur laquelle on venait d'abattre un marteau de guerre. La terreur submergea Nirlem, qui chercha à reculer dans son rêve, et tomba de son lit.
Il rouvrit des yeux écarquillés de panique et vit le plafond de sa chambre. Il tenta de calmer sa respiration chaotique tout en cherchant à s'asseoir correctement par terre, mais son souffle faisait de trop grandes embardées pour qu'il arrive à se concentrer sur ses mouvements, et il avait l'impression que le monde se distordait autour de lui, d'une manière beaucoup moins accueillante qu'avec de l'alcool. Il ramena contre lui ses genoux craquant, les enserrant de ses mains tremblantes, et se força à prendre des inspirations de plus en plus lentes, tout en répétant en boucle le nom et l'utilisation de plantes, dans un mantra qui forçait son esprit à se concentrer sur des choses abstraites plutôt que sur l'immédiat. Il sentait la sueur se coller à sa peau, et l'angoisse continuait en toile de fond de son esprit, tandis qu'il cherchait désespéramment la treizième utilisation des prosopopées. Il rassemblait ses forces pour aller chercher la bouteille cachée sous son armoire quand il entendit toquer à sa porte. Il se figea en plein mouvement, la panique retombant comme une vague l'écrasant pour le noyer.

« Sir Nirlem, est-ce que vous êtes là ? »

Son esprit perturbé pris plusieurs dizaines de secondes pour comprendre qui parlait, ce que cela impliquait, et l'obligation dans laquelle il était de répondre.

« Une.... une seconde... »

Il se releva en s'appuyant sur son lit et se retint contre le mur. Attrapant le pichet d'eau d'une main tremblante, il en bu quelques gorgées afin d'essayer d'apaiser sa gorge écorchée par l'hyperventilation. Attrapant son drap il s’épongea le front puis remit ses cheveux en ordre en passant ses doigts dedans. Il savait bien qu'il lui était impossible de passer pour un simple homme venant d'être tiré d'un sommeil paisible, mais il ne pouvait guère faire mieux. Il n'envisagea même pas d'essayer de récupérer sa dague dans son armoire ou son épée sous son lit - dans son état, un garçon de cuisine pourrait l'assassiner avec une petite cuillère, alors autant avoir l'air pacifique. Il avança finalement vers la porte en se tenant au mur, déverrouilla la serrure et ouvrit en s'agrippant à la porte pour rester debout.

« Désolé de vous avoir fait attendre, Niklas Godbarn. Un vieil homme comme moi ne peut plus bondir hors du lit comme vous. En quoi puis-je vous être utile ? »

Sa voix cassée lui ajoutait bien une dizaine d'années, et il avait conscience de ne pas donner à voir un spectacle très reluisant. Mais peu importe, à l'instant il n'avait que faire de l'impression qu'il donnait. Il voulait juste que ce foutu Niklas disparaisse au plus vite, et qu'il puisse retrouver la consolation de sa bouteille. Les broutilles des brutes ne l'intéressaient pas, et il savait que l'angoisse qui lui tordait les entrailles n'avait rien à voir avec la puissance de son visiteur nocturne. Elle n'était qu'un cadeau de ses vieux souvenirs et de l'alcool qui l'empoisonnait autant qu'il le protégeait.

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Dim 4 Juin - 19:35


J’attendis quelques instants l’oreille tendue avant d’entendre un faible :
« Une… une seconde… »
Il m’avait entendu, et était réveillé. C’était déjà une bonne chose, je n’aurais pas besoin de défoncer la porte. Je patientai devant la chambre, attendant que le vieil homme sorte. J’entendis de faibles pas à l’intérieur, et une démarche peu assurée. Qu’importe, du moment qu’il était réveillé et qu’il venait ouvrir. Après deux bonnes minutes, alors que je commençais à penser que Nirlem s’était rendormi, le bruit du verrou se fit entendre, et l’homme ouvrit la porte, s’agrippant à cette dernière pour rester debout.
« Désolé… de vous avoir fait attendre… Niklas Goðbarn. Un vieil homme comme moi… ne peut plus bondir hors du lit… comme vous… En quoi puis-je… vous être utile ?... »

Bien qu’il semblait pouvoir s’exprimer plus clairement que lors du repas, Nirlem avait l’air… Faible. L’Ombre du Pouvoir… L’ombre de son pouvoir passé. L’ombre de son histoire. L’ombre de ce qu’il avait dû être. Cet homme avait dû souffrir, cet homme avait dû vivre des situations difficiles, des épreuves éprouvantables. Nul doute, l’alcool n’était là que pour cacher quelque chose. Quelque chose qui l’avait détruit. Et je n’avais aucune compassion pour cet homme. Cet homme qui avait choisi la facilité de la boisson à la combativité. Qui avait fait le choix de la bouteille et de l’ivresse à l’affrontement. Il était misérable.

Je cachai mon dégoût sans peine et pris un air légèrement joviale et neutre, comme si je ne remarquais pas l’état du vieil homme en face de moi :
« Je m’excuse de vous déranger sir Nirlem, mais je pense que j’ai une proposition qui pourrait vous intéresser. Voyez-vous, bien que l’accueil du Hauldr Chol soit chaleureux, je pense que nous sommes d’accord que ce repas était bien fade et l’alcool juste ordinaire. Or voyez-vous, j’ai dans mes affaires une bouteille de rhum spaniard, ramené directement de raid du Malroyaume ! Seulement, je n’apprécie guère boire seul, souhaiterez-vous m’accompagnez ? », demandai-je avec un air interrogateur.
S’il restait encore un peu jugeote à cet homme, il saura que cette question était le genre de demande qu’on ne refuse pas.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Nirlem Ruetnac
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 10
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Austrið
Héritage:
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t34-prez-de-nirlem#56

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Lun 5 Juin - 4:43


Niklas paraissait jovial, mais cela n'augmentait pas son capital sympathie pour Nirlem. N'importe qui venant le réveiller au milieu de la nuit avec un grand sourire était un crétin. Mais il se doutait que derrière le sourire se cachait autre chose pour que le fils de Nominoé se dérange.

« Je m’excuse de vous déranger sir Nirlem, mais je pense que j’ai une proposition qui pourrait vous intéresser. Voyez-vous, bien que l’accueil du Hauldr Chol soit chaleureux, je pense que nous sommes d’accord que ce repas était bien fade et l’alcool juste ordinaire. Or voyez-vous, j’ai dans mes affaires une bouteille de rhum spaniard, ramené directement de raid du Malroyaume ! Seulement, je n’apprécie guère boire seul, souhaiterez-vous m’accompagnez ? »

Passant sur l'insulte à l'hospitalité de son cousin - il lui avait bien dit que le fils de Jarl ne serait jamais satisfait - il se passa la main sur les yeux pour gagner du temps. Qu'est-ce qu'il se cachait derrière sa proposition ? Il voulait le saouler pour lui extraire des informations ? Pas franchement la meilleure stratégie, il était saoul la moitié du temps mais n'avait jamais trahi de secrets. Il sentait le manque l'appeler, mais n'avait aucune envie de boire en sa présence. Lui, il aimait boire seul, ou en compagnie de ceux capables d'apprécier le récit de ses exploits. Il serait fort étonné si Niklas voulait lui demander un cours sur comment lui, Nirlem, avait changé l'histoire de la Skania et du Malroyaume. Sûrement trop arrogant pour entendre des vraies prouesses.

« Je suis très honoré de votre proposition. Cela me rappellera ma jeunesse ! »

Il ouvrit la porte et suivit Niklas, se demandant qu'est-ce qu'il se passait dans la tête de celui-ci. Était-ce vraiment une brute cherchant un compagnon de boisson ? Cela ne collait pas avec les quelques choses qu'il savait à son sujet, maintenant qu'il était plus réveillé. Mais après, il ne faisait pas vraiment confiance en toutes les informations qu'il avait collecté récemment, qui n'était que des rumeurs d'auberges. Enfin, il en apprendrait plus bientôt. Il n'était pas spécialement inquiet, il ne voyait pas trop ce que Niklas pourrait lui faire qui le dérangerait franchement. Il venait de leur faire sûrement expulser de chez lui, et il n'avait pas vraiment envie de lutter s'il décidait de lui mettre un coup de poignards dans le ventre. Il était trop fatigué, trop mélancolique, trop paniqué de ses fantômes pour craindre un homme de chair et d'os. Et puis, le rhum lui disait bien...

_________________

Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.scriptio.16mb.com/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: Une question [PV Nirlem/Niklas]   Lun 5 Juin - 18:22


Le vieil homme resta quelques instants à me contempler, passant la main devant ses yeux sûrement pour mieux se réveiller. J’attendais qu’il se décide… Et je ne comptais pas patienter toute la nuit. Après quelques instants de profondes réflexions, il m’adressa ces quelques mots avec un certain manque de conviction :
« Je suis très honoré de votre proposition. Cela me rappellera ma jeunesse ! »

Qu’importe qu’il le faisait dans la bonne ou la mauvaise humeur, du moment qu’il me suivait. J’ouvris donc la marche, entendant son pas lourd derrière moi. L’entraînant dans le couloir, je m’exclamai doucement :
« Il faut que nous passons par les écuries, la bouteille se trouve dans la sacoche de mon sleipnir. »
Je continuai de parcourir la demeure à pas feutré, devant toutefois ralentir pour que Nirlem me suive. La partie intéressante de la soirée allait enfin pourvoir commencer.
Nous sortîmes de la demeure, nous engouffrant dans un vent violent. Les arbres ployaient sous les rafales et les bourrasques faisaient claquer mes vêtements. Haut dans le ciel, les nuages défilaient rapidement, masquant régulièrement la lune. Je filai vers les écuries avant que le froid ne s’engouffre dans mes vêtements. L’avantage, c’est qu’il ne pleuvait pas, et j’espérai qu’un tel vent sèche la route que nous devrions emprunter le lendemain.
Arrivée dans les écuries, j’allumais des torches, ne prenant guère garde à mon compagnon. Les chevaux se tenaient calmement chacun de leur côté. Au fond du bâtiment se tenait ma monture, un sleipnir. Une créature cornée à six pattes à la peau semblable à du cuir. La bête buvait paisiblement à un abreuvoir. A sa selle était accroché deux grosses sacoches. J’ouvris l’une d’elle et sortis l’une des deux bouteilles de rhum qui s’y trouvait. J’avais acheté deux caisses de cet alcool au Malroyaume lors de mon dernier raid. J’avais appris que l’un des meilleurs moyens pour mener des négociations c’était d’offrir un bon repas et du bon alcool. Les pourparlers devenaient toujours plus chaleureux et amical quand on offrait quelque chose d’exotique à son interlocuteur. La politique de Skania fonctionnait ainsi. Les alliances s’achetaient avec des banquets, et le respect avec le sang. Trop de seigneurs négligeaient un de ces deux éléments.
Je me tournais vers Nirlem et lui présenta la bouteille :
« Rapporté l’été dernier ! On en a pas du comme ça en Skania ! »

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
 
Une question [PV Nirlem/Niklas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» [question] moyen de truquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haïsrandhers :: Austrið :: Les bourgs de l'Austrið-
Sauter vers: