AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muninn Huginn
Bogari du forum
avatar

Membre : Narya
Messages : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Inconnu
Héritage: Fée
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t64-presentation-de-muninn#479

MessageSujet: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Ven 24 Fév - 21:46

Muninn devait avouer qu’elle s’était perdue un peu volontairement. Un peu. Elle n’avait pas pu s’empêcher, alors qu’elle avait vu un petit groupe de corbeaux voler dans une direction de suivre la dite direction, par nostalgie. Elle avançait dans ces vallées en silence, elle aimait ce silence. Elle aurait aimé que le sol soit recouvert de neige car elle aimait le son étouffé de ses pas dans la neige et le silence pesant de grands décors blancs.

Elle s’était arrêtée un instant, pour profiter de la vue sur un petit lac  où une meute de loups s’abreuvait, elle n’allait pas les déranger, elle savait qu’elle portait bien trop l’odeur d’autres humains, des villes pour pouvoir se mêler à eux là maintenant.  Le vent souffla ce qui obligea Muninn à resserrer sa cape autour d’elle et elle vit les loups relever la tête les uns après les autres, oreilles dressées. Ils avaient sentit une proie et ce n’était pas Muninn, le vent ne leur apportait pas son odeur.

Elle observa les loups se mettre en chasse en hurlant et elle eut un frisson et des corbeaux croassèrent dans les arbres au dessus d’elle avant de prendre leur envol. Ils allaient suivre les loups car il savaient que les chances que les loups tuent leur proie étaient hautes. Et les corbeaux les suivaient pour festoyer avec eux.

Muninn resta hésitante, elle voulait les suivre, elle avait ces pulsions bestiales en elle qui lui disaient de se dépêcher de les suivre, que la chasse avait commencé mais l’humaine en elle refusa de bouger et Muninn fut soudainement prise d’une violente mélancolie et dut se mordre la lèvre violemment pour se remettre à avancer, pas tout à fait dans la direction prise par la meute, elle n’allait pas les suivre, elle allait juste étancher sa soif au bord du lac avec de l’eau pure avant de reprendre sa balade. Avec tout cela elle avait un peu baissé sa garde, inconsciemment il n’y avait qu’une seule chose à laquelle elle allait faire attention : les hurlements qui indiqueraient que la chasse était finie.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gerwald Wargsson
Bogari du forum
avatar

Membre : Coffee
Messages : 15
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Norðrið
Héritage: Mutations
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t62-presentation-de-gerwald-termine#450

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Sam 25 Fév - 7:51

"Du sang..." murmura la Bête.

Au milieu des bois, dans une petite clairière, un élan marchait paisiblement. Gerwald, à quatre pattes, avançait furtivement vers l'animal, dissimulé dans l'ombre des arbres. Il y avait un moment déjà qu'il suivait l'animal. Combien de temps exactement ça il n'en savait rien, le temps s'arrêtait lorsqu'il chassait. Rien d'autre que la proie et sont prédateur ne comptait alors. Mais il attendait le bon moment pour frapper. L'animal renifla et s'arrêta, figé. Il avait senti la bête qui l'observait.

"Maintenant, avant qu'elle ne nous vois!" Dans sa prison mentale, la Bête agitait ses chaînes et salivait déjà à l'idée de se repaître de l'élan.

Il fallait agir vite.

Un hurlement retentit au loin. Suivi d'un autre. Et d'un autre encore peu après.

Des loups. Une meute non loin se rapprochait à grands pas. Le mutant n'hésita pas une seconde et, profitant des hurlements qui effrayèrent l'animal et lui fit baisser sa garde, se lança à l'assaut. L'animal courut se cacher dans les bois. Gerwald prit son élan et sauta à la gorge de l'élan qui passait non loin de lui. La bête s’effondra au sol avec un grognement de douleur étouffé. Elle se tortilla et se débattit mais l'étreinte du prédateur était trop forte, ses griffes s'enfonçaient dans la peau de son cou et creusaient dans sa chair.

"Du sang!"

Les hurlements se firent plus proches. Gerwald ne put s'empêcher de remarquer, à l'odeur d'abord, qu'il se faisait encerclé par la meute. Grognant, les loups surgirent des bois et s'approchèrent, lentement mais de manière menaçante, du mutant assis sur l'élan qui se débattait pour s'enfuir.

"Non!" hurla la Bête. "Hors de question que ces sales cabots volent notre gibier! On l'a traqué, il est à nous."

Gerwald grogna en direction des loups, révélant ses crocs. Les loups lui répondirent par davantage de grognements. Sous ses jambes, l'élan parvint à se relever et fit chuter le mutant en s'enfuyant dans les bois. Un loup sauta à la gorge de Gerwald. D'autres suivirent l'élan blessé.

"Saloperie!" cracha Gerwald en réceptionnant son assaillant avec une gifle griffue en travers de la mâchoire. Deux autres loups étaient restés en plus du premier. Avec un mouvement leste le mutant se releva et fit face aux trois loups. "J'ai pas le temps pour ça, ma proie s'échappe..."

"Laisse-moi les massacrer, ça ne prendra que quelques secondes... Après on retrouvera notre repas et si les autres cabots l'on trouvé avant nous je les massacrerait aussi jusqu'au dernier..." La Bête faisait tinter ses chaînes comme un carillon funeste.

"Je t'ai à l’œil," murmura Gerwald à la Bête en retirant une des épée-chaînes qui retenait le monstre. Presque un loup lui-même, il n'avait rien contre les loups, il n'aimait pas avoir à en tuer. Mais personne ne touche à son repas. Même si c'étaient des loups.

Ce qui s'en suivit pris place en quelques secondes...

Le mutant, ses griffes un peu plus longues et son regard un peu plus fou, fit un pas rapide vers l'avant et saisi le loup précédemment blessé par la gorge. Il le souleva et le projeta sur un autre loup pour l'entraver pendant qu'il plantait ses griffes dans les côtes du troisième loup. Il souleva sa victime et la lui explosa la cage thoracique en le faisant s'écraser au sol contre un rocher. Des gerbes de sang écarlate et des éclats d'os brisés jaillirent de la bête. Morte.

Le premier loup hors combat, Gerwald/La Bête se jeta sur les autres. D'un coup de pied qui ne semblait plus complètement humain, le mutant dégagea l'un des loup - qui alla s'écraser avec un bruit sourd plus loin et finit par s'enfuir de terreur - et attrapa l'autre par la gorge. Le loup grogna, la Bête hurla. Les mains griffues saisirent l'avant et l'arrière de la mâchoire et tournèrent avec une célérité hors du commun. Un craquement comme des brindilles piétinée retentit. Une nuque brisée. Gerwald lâcha le cadavre et se précipita à la suite du reste de la meute et de l'élan. Les retrouver ne serait pas bien difficiles, l'odeur de sang était très forte.

Et une poignée de secondes plus tard...

Gerwald courait aussi vite qu'il le pouvait, suivant l'odeur de sang et maîtrisant la Bête. Pour le moment il pouvait puiser un peu dans ses capacités sans ne rien risquer, mais il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps.

Quelques mètres plus loin il rattrapa la meute qui collait au train de l'élan. La mutant accéléra le pas et donna des coups de griffes aux loups sur sa route pour les gêner dans leur course. Très vite il arriva à quelques centimètres de l'animal en fuite, une poignée de loups toujours à sa suite. Il mit tout ses appui sur ses jambes et fit un bond incroyable en direction de l'animal. Griffes en avant il s'agrippa à ses flancs. La violence du choc fit choir l'élan, entraînant son assaillant avec lui. Immédiatement, le mutant attrapa les bois de l'animal, tira et tourna avec un geste sec pour lui briser la nuque. Puis il se dressa au-dessus de sa proie et poussa un cri guttural qui n'avait pas grand-chose d'humain en direction des loups. Ces derniers prirent leurs pattes à leurs cous et s’enfuirent dans les bois. Il était tombés sur plus fort qu'eux aujourd'hui.

Dans sa prison mentale Gerwald prit une épée-chaîne et la planta entre les côtes de la Bête. Elle ne broncha pas. Elle ne fit que murmurer "à table" encore et encore.

Mais pas maintenant, se dit Gerwald, tous ces bruits ont dû attirés moult autres bêtes sauvages et fées en tout genre. La chose lucide à faire serait de déplacer la carcasse pour la mettre à l'abri et être en mesure de manger tranquillement. Le mutant souleva l'animal mais fut forcer de le traîner avec lui plutôt que de le porter, c'est que ça pèse lourds ces bestiaux.

Après quelques mètres il arriva aux abords d'un petit lac. Dans le ciel une volée de corbeaux décrivait des cercles lents.

"Te met pas trop à découvert, les piafs vont nous voir sinon," dit la Bête.

Gerwald suivit les conseils du monstre et posa la carcasse sous un arbre tordu à l'orée de la forêt. De-là les corbeaux ne la verraient pas et il pourrait manger en paix. Mais avant toute chose il se dirigea furtivement vers le lac. Toute cette agitation lui avait donnée grand soif. Et puis il était couvert de sang. En général ça ne le dérangeait pas mais moins cette odeur lui collait à la peau et moins de chances auront d'autres créatures de le trouver. Il mit ses mains en coupe dans l'onde et commença à boire, se renversant de l'eau sur le visage plus qu'autre chose.

Subitement, ses sens lupins l'alertèrent. Il n'était pas totalement seul ici. Il y avait une autre odeur. Une odeur semblable à celle d'un humain, mais il y avait autre chose... Il se tourna dans la direction d'où provenait cette mystérieuse odeur et vu une silhouette sombre s'approcher de l'eau. Une femme? La Bête grogna et agita ses chaînes. Gerwald se figea, ne savant comment trop réagir dans l'immédiat.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muninn Huginn
Bogari du forum
avatar

Membre : Narya
Messages : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Inconnu
Héritage: Fée
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t64-presentation-de-muninn#479

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Dim 26 Fév - 5:32


Boire l’eau glacée avait permis à Muninn de calmer ses pulsions, légèrement, mais d’avoir aussi repris le contrôle de ses esprits. Elle pouvait entendre pas très loin de là les loups chasser et se battre. Et cela n’avait rien d’anormal, dans ces contrées gelée un pack de loups pouvait décider de chasser plus gros que soit. Pourtant, en écoutant les hurlements, Muninn sut que quelque chose n’allait pas, elle avait passé assez de temps avec les loups pour savoir que la chasse ne se déroulait pas comme prévue, ce qui arrivait beaucoup plus souvent qu’on ne pouvait le penser. Mais elle gardait confiance dans la meute de jeunes loups qui chassait actuellement et se contenta de serrer les poings tout en fixant son propre reflet dans le lac.

Pourtant, elle finit par entendre un cri, guttural qui aurait pu ressembler à celui d’un loup, mais Muninn avait passé trop de temps avec eux pour savoir que ce n’en n’était pas un. Par réflexe alla poser la main sur ses griffes de combat et fit quelques pas en direction de du cri. Ce qui était stupide de sa part, mais soit. Puis elle s’arrêta nette, elle aperçût une silhouette qui traînait un cadavre d’élan. Voilà l’élément perturbateur donc. La jeune femme resta silencieuse et regarda… l’humain agir, cacher le cadavre puis s’approcher du même lac du quel elle s’était abreuver pour faire la même chose. Et alors que lui n’avait pas remarqué la mutante, cette dernière l’analysait : Le peu d’habits et l’état déplorables de ceux qu’il portait, et ce qu’elle reconnaissait facilement comme des caractéristiques de loup. Et Muninn laissa un petit sourire en coin se dessiner sur son visage. Elle était certes en colère que cette fée ait interrompue les loups –et peut-être même pire, même si elle ne l’espérait pas – mais en même temps amusée par…. Le manque d’instinct de survie dont faisait preuve ce mutant. Et Muninn devinait donc aisément que cela ne faisait pas bien longtemps qu’il vivait à l’état sauvage.

La mutante n’allait pas le tuer. Enfin, peut-être, qu’elle n’allait pas le tuer. Mais elle allait essayer de l’aider, de voir si la moindre discussion était possible avec cette chose. Après tout il était une « abomination » lui aussi, alors elle n’avait pas spécialement envie de le tuer (une mutation de loup en plus !) mais elle n’avait pas non plus envie qu’il continue à causer des ennuis aux meutes de loups de la Skania. Alors elle se mit à avancer vers lui, doucement en dégageant légèrement sa cape pour qu’il puisse voir que ses armes étaient à sa ceinture, et que ses mains étaient vide et pas cachées dans son dos à manigancer quelque chose. Elle enleva même sa capuche pour dévoiler son visage et sa mutation. C’était quitte ou double, soit ses yeux allaient trop l’effrayer soit il allait la reconnaître comme… anormale. Et elle lança une phrase au mutant non loin d’elle, toujours en s’approchant, et sur un ton un peu plus moqueur ou hautain que prévu.

- « Tu sais, ce n’est pas le peine d’essayer de cacher ton repas des corbeaux ou d’autres bêtes. » Et comme pour appuyer ses dire une nuée de corbeaux, peut-être la même que tout à l’heure, vînt se poser dans les arbres les plus proches, croassant, quelque chose clochait, ils n’osaient pas vraiment aller se servir sur le cadavre de l’élan, est-ce qu’ils avaient peur du mutant ? Muninn ignora cette pensée et reprit la parole. « De plus il y a des bêtes qui peuvent sentir l’odeur du sang de très, très loin et déplacer le cadavre était une perte de temps. »

Certes elle n’avait pas salué, mais bizarrement des salutations lui semblaient vraiment optionnelles en cet instant. Muninn arrêta d’avancer lorsqu’elle jugea qu’elle était assez prêt mais toujours à une distance raisonnable : C’est-à-dire que la distance était assez grande pour qu’elle ait le temps d’attraper ses griffes pour se battre s’il lui sautait à la gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gerwald Wargsson
Bogari du forum
avatar

Membre : Coffee
Messages : 15
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Norðrið
Héritage: Mutations
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t62-presentation-de-gerwald-termine#450

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Dim 26 Fév - 14:39

La femme s'approcha et Gerwald se releva, la perplexité tel un masque sur son visage couvert de cicatrices. Elle était vêtue de noir, ses cheveux étaient de la même couleur que les plumes d'un corbeau et ses yeux ceux du même genre d'oiseau.

"Une fée elle aussi?" se dit Gerwald à lui-même.

"Bouffe-la!" aboya la Bête. "Brise ses os et mange sa chair."

"Silence!" ordonna Gerwald en son for intérieur. "On la laisse tranquille."

"Tu sais, ce n’est pas le peine d’essayer de cacher ton repas des corbeaux ou d’autres bêtes," dit la femme à son adresse. "De plus il y a des bêtes qui peuvent sentir l’odeur du sang de très, très loin et déplacer le cadavre était une perte de temps."

"Bien, elle se crois experte en chasse... Montre-lui ce qu'on sait faire... Peut-être qu'elle pourra même nous conseiller sur comment disposer de sa carcasse." Un sourire carnassier fendit le visage de la Bête, révélant des crocs comme des poignards.

Le mutant ne prêta pas attention aux divagations du monstre et chercha plutôt un moyen de réagir à la situation. Ce n'est pas souvent qu'il se retrouvait en présence d'humains, et encore moins en présence d'une femme. Il se savait pas vraiment quel protocole suivre et la Bête ne serait pas bonne conseillère ici. Sauf si la tué devenait une option. Mais pas maintenant.

"Hmm... Euh... Ok..." parvint-il à balbutier après un moment. "Mais si des bestioles rappliquent je les tue, donc ce n'est pas bien grave. Je me facilite juste la tâche. Et puis je compte pas faire de vieux os dans le coin..."

"On s'en fiche, bute-la qu'on en finisse, les corbeaux sont déjà en train de fourrager pas loin de notre repas," reprit la Bête. "Ok elle est armée, mais elle a pas l'air bien coriace, ça ne prendra qu'une minute..."

"Mais tu va la fermer? J'ai dis qu'on la laisserai tranquille, on a pas besoin de la tuer," dit Gerwald intérieurement.

Ce qui restait de l'homme en Gerwald se disait qu'il serait de bon ton de partager sa pitance avec la femme. Au vu de son apparence elle aussi était une voyageuse et elle avait l'air fatiguée. Le mutant se redressa et entendit les os de son dos craquer. C'était pas souvent qu'il se tenait droit et la posture lui semblait étrange. Il se sentait trop loin du sol...

"Euh... Vous voulez un bout de l'élan? avant que d'autres créatures se ramènent..." proposa-t'il. Puis quelque chose semblable à de la gêne - bien que ce soit un sentiment qu'il n'ait jamais réellement eu ou compris - pointa le bout de son nez dans la partie "humaine" de son être et lui fit prendre conscience de son apparence. Il était tout sale, vêtu d'un pantalon en lambeau et d'une peau de loup déchirée sur le dos et son corps était couvert d'une myriade de cicatrices de tailles et de formes variables...

"Rrrraaaa!" hurla la Bête. "Mais lui propose pas à bouffer non plus, c'est notre repas pas le sien. On a pas partagé avec les loups pour partager avec elle ensuite, on ne la connaît même pas. Qu'est-ce que tu crois faire là?"

"Ta gueule!" beugla Gerwald en enfonçant les épées-chaînes dans la chair du monstre. "Couché!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muninn Huginn
Bogari du forum
avatar

Membre : Narya
Messages : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Inconnu
Héritage: Fée
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t64-presentation-de-muninn#479

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Dim 26 Fév - 21:38


   Définitivement aucun instinct de survie. Il ne survivrait pas bien longtemps s’il se mettait tous les corbeaux et tous les loups de la Skania à dos. Un animal ne survivait jamais bien longtemps seul, qu’importait son niveau en tant que chasseur. Muninn eut un sourire en coin qu’elle ne se donna même pas la peine de cacher.  

_ « Je vois. Mais si au lieu de tuer les bestioles… tu… les rejoignais ? Pourquoi pas te trouver une meute ? »

    Ce qu’elle cachait par contre était son inquiétude et son doute. Le mutant en face d’elle agissait bizarrement, il n’avait pas l’air très stable et même si Muninn n’avait pas facilement peur, elle aurait été rassurée si elle s’était armée. Mais il ne fallait pas qu’elle le fasse sinon ce serait un signe d’hostilité.

    Muninn le vit se redresser et vit le malaise créé chez lui par cette position…. Beaucoup trop humaine, même s’il ne se tenait pas aussi droit que la fée corbeau. Cette dernière fut d’ailleurs très surprise de la proposition du mutant. Muninn lui adressa un sourire un peu plus… sincère ? Reconnaissant serait peut-être un mot assez juste mais la mutante refusa l’offre d’un signe de la tête et d’un geste ample de la main.

_ « C’est ta prise, je te la laisse. Mais merci. Je pense que j’ai bien trop pris goût à la viande cuite. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gerwald Wargsson
Bogari du forum
avatar

Membre : Coffee
Messages : 15
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Norðrið
Héritage: Mutations
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t62-presentation-de-gerwald-termine#450

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Lun 27 Fév - 7:35

"Je vois. Mais si au lieu de tuer les bestioles… tu… les rejoignais? Pourquoi pas te trouver une meute?" répondit la femme.

"Une meute? Pourquoi faire? On se débrouille tout seuls, on a besoin de personne..." marmonna la Bête en s'asseyant dans un coin de sa prison.

Quelque part, Gerwald était du même avis que la Bête sur ce sujet : il n'avais pas besoin d'une meute. Il était sa propre meute. Après une vie de solitude et d'isolement le mutant avait appris à se débrouiller tout seul. Bien sûr, ce n'était pas parfait, la plupart du temps il se sortait de justesse de ses combats quasi-journaliers, avec grande difficulté et principalement grâce aux pouvoirs de la Bête qui rongeait son esprit de l'intérieur pour s'échapper. Par contre, une meute lui éviterait probablement les ennuis dans lesquels il se jetais tête la première, mais la Bête n'est pas une compagne partageuse.

Et puis, tout le monde savait comment terminaient les loups solitaires... Aveuglés par leur fureur, noyés dans des combats perdus d'avance et massacré par plus gros qu'eux car ils ont perdus la raison... Voila le fatal destin qui attendait Gerwald.

"Hm..." hésita le mutant, "je ne sais pas... J'imagine que je m'en sors mieux tout seul..." Les cicatrices et l'état pitoyable dans lequel il se trouvait en étaient des preuves indéniables, pour sûr.

"J'ai faim. Sois tu étripe cette gonzesse et je la dévore ensuite, sois tu la ferme et tu récupère l'élan avant que les corbeaux n'en mangent tout les bon morceaux" grogna la Bête. "Marre de te voir passer pour un idiot face à elle... File-moi du sang..."

Gerwald ne prêta guère attention aux demandes de la Bête.

La femme aux yeux de corbeaux ne voulais pas partager sa prise. Tant pis. Ce n'était pas grave, ça en ferais plus pour lui. Au fond de lui pourtant, loin dans les tréfonds des vestiges de son humanité, Gerwald ressentit un étrange sentiment qu'il ne parvenais pas à comprendre ni à nommer...

Le dos du mutant se voûta à nouveaux dans sa posture traditionnelle. Il commença à se diriger vers l'orée des bois quand un grognement retentit. Un cri guttural, sauvage, si puissant qu'il en faisait trembler les arbres. Pas le genre de cri que pousserait n'importe qu'elle animal habitant ce genre de forêt. Non, le mutant en avait entendu moult autres dans ce genre là pour savoir sans se tromper sur quoi il allait tomber : une grosse fée. Un méga sûrement.

Un rictus dément traversa le visage de l'homme-loup. Comme une plaie béante sa bouche s'ouvrit et dévoilant une mâchoire des plus... incertaines. Des crocs lupins se serraient les uns contre les autres pour se loger parmi des dents plus ou moins humaines à première vue. Il plongea ses yeux ambrés de loup dans les yeux de corbeaux de la mutante pendant une seconde, une invitation silencieuse au carnage.

"Ah! Enfin un peu d'action, je commençais à m'endormir." Dans sa geôle mentale, la Bête tirait frénétiquement sur ses chaînes. "Du sang! Du sang! Du sang!"

Niant tout instinct de conservation, même le plus primal qui soit, et obéissant à une soif de sang qui n'avait rien de naturel, Gerwald courut dans la direction du vacarme. La Bête guidait ses pas maintenant. Elle voulait se battre, alors il allait se battre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muninn Huginn
Bogari du forum
avatar

Membre : Narya
Messages : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Inconnu
Héritage: Fée
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t64-presentation-de-muninn#479

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Ven 3 Mar - 2:08


   Muninn voulait bien essayer de l’aider, de lui donner des conseils, après tout il était un semblable… un confrère, ou quel que soit le mot qui correspondait.  Bref, dans tous les cas elle était prêtre à partager ce qu’elle savait un peu de la survie dans la nature pour aider l’autre mutant à survivre. Enfin… s’il était prêt à l’écouter, ce qui ne semblait pas vraiment être le cas. Tant pis pour lui, cela n’allait pas la vexer, elle n’aurait pas de regrets puisqu’elle avait quand même pu essayer de lui donner quelques techniques, mais elle n’était pas du genre à insister, surtout qu’il avait l’air de vouloir préférer être l’ennemi des loups et des corbeaux, que Muninn avait longtemps côtoyé alors s’il avait fait son choix, elle ne l’aiderait pas plus, alors à la réponse du mutant, la jeune femme ricana légèrement, et avec un sourire en coin dit sur un ton… amusé peut-être ?, pour elle-même :

_ « Effectivement, je peux voir ça ! »

    Et puis la mutante refusa de prendre part au festin avec ce mutant qui se contredisait lui-même en refusant de se joindre à d’autres animaux et partager avec eux mais proposait partager sa nourriture avec elle. Et puis il y avait d’autres raisons, qu’elle n’ait pas faim et que la viande cuite soient meilleure en était deux d’entre elles. Puis un cri retentit. Un cri de méga. Facile de deviner vu qu’il n’y avait que ça pour pousser un tel cri de toute façon. Muninn sentit ses poils sur son dos se hérisser et son instinct de survie lui disait de fuir très loin de ce cri vers lequel elle s’était orientée. Et allait le faire. Mais elle vit le mutant commencer à foncer dans la direction du cri. Quel abruti. Aucun instinct de préservation ! Elle essaya de l’interpeller.

_ « Non ! Il ne faut pas y aller ! »

    Même si c’était stupide de faire ça. Et pendant… deux secondes, la partie corbeau en elle voulait fuir de cette endroit, fuir le prédateur bien trop dangereux malgré l’idée d’un bon combat et juste laisser l’autre mutant mourir, ça ferait de la nourriture aux autres loups et corbeaux. Et pendant ces deux même secondes, sa partie humaine refusa de bouger, ne voulant pas laisser quelqu’un aller gaspiller sa vie ainsi sans essayer quoi que ce soit.  Muninn fit le choix, encore une fois, de suivre le choix de l’humaine qu’elle avait choisi de devenir : elle s’arma de ses griffes de combat et couru à la suite du mutant, bien qu’elle avait un peu de retard.

    Quand elle arriva à la source du cri, elle vit le méga et bloqua un instant avant de reprendre ses esprits et d’analyser le monstre. Ca avait la forme d’un cheval, approximativement, sauf que ce « cheval » faisait plus de deux mètres de haut. Au garrot. Ses yeux… faisaient penser à ceux de… poissons morts, laiteux, mais qui pourtant donnait quand même l’impression de vous suivre du regard. Le méga était pâle, verdâtre bien que certaines parties de sa robe étaient encore d’une teinte de dorée délavée et son corps en lui-même était déformé : pleins de bosses recouvraient son corps dont deux sur la tête dont des os sortaient pour former des cornes acérées. D’autres bosses à plusieurs endroits laissaient entrevoir la formation d’une carapace osseuse et lorsque le monstre ouvrit sa gueule pour laisser échapper un autre cri, il dévoila plusieurs rangées de dents qui n’avaient rien de celles d’un herbivore.  Ses sabots s’étaient allongés et le méga bougeait assez rapidement malgré sa masse.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gerwald Wargsson
Bogari du forum
avatar

Membre : Coffee
Messages : 15
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/02/2017

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Norðrið
Héritage: Mutations
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t62-presentation-de-gerwald-termine#450

MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   Ven 3 Mar - 16:15

Gerwald, guidé par la Bête, courait aussi vite qu'il le pouvait vers le méga. Au milieu des bois, parmi nombres d'arbres penchés et effondrés pour faire de la place à ses déplacement, se tenait le monstre. Un énorme cheval difforme avec des ramures osseuses et une carapace par endroit. L'horreur poussa un rugissement à en faire trembler le sol, exhalant des miasmes méphitiques.

"Il est dégueulasse, défonce-le!" hurla la Bête. "Massacre-le. Éviscère-le. Dépèce-le. Bois son sang et mange sa chair!"

Prenant appui sur ses pieds griffus, Gerwald sauta à la gorge du méga et fut accueilli par un coup de tête dans le torse. Il voltigea plusieurs mètres plus loin, les côtes endoloris et des entailles un peu partout, là où les ramures avaient percés sa chair.

"Décidément," se dit-il pour lui-même, "la charge frontale est une stratégie qui ne fonctionne jamais. A chaque fois je me fais contrer et envoyer sur les roses."

"C'est parce que tu tape pas assez fort," répondit la Bête, "retourne à la charge et met fin à son existence. Du sang!"

Le mutant se releva et réfléchi à une autre approche. La carapace sur le dos et les flancs de la créature rendrait les coups directs inutiles, il est peu probable que ses griffes puissent passer au travers. La gorge et le ventre semblaient exposés, il y avait sûrement moyen de frapper de ce côté-là. Par contre il faudrait faire attention aux ramures, elles avaient une portée assez grande.

Le méga, réagissant à la provocation, ne perdit pas de temps et ne laissa pas à son agresseur l'occasion de riposter en premier. Il fonça tête baissée vers le mutant en train de se relever et le cueilli avec ses ramures avant de le coincer contre le tronc d'un énorme arbre noueux. Quelques os s'enfoncèrent dans la chair de Gerwald mais il parvint de justesse à se faufiler entre les pointes pour ne pas trop se faire empaler. Enfin, seules ses jambes pouvaient bouger dans cette position, mais c'était un début. Probablement.

"Bravo, tu compte faire quoi maintenant?" cracha la Bête, moqueuse. "Tu veux vraiment crever face à un truc pareil? On en a affronter des pires auparavant, fais quelque chose."

Gerwald ne pouvait pas faire grand chose depuis son perchoir improvisé. Mais le méga ne pouvait pas faire grand chose lui non plus, en coinçant le mutant contre l'arbre il s'était lui aussi bloqué, ses ramures enfoncées dans le tronc. Ce combat allait durer un moment, les deux opposants étant du genre à taper d'abord et à ne pas réfléchir ensuite.

Du coin de l’œil, le mutant remarqua la femme aux yeux de corbeau. Elle était venue elle aussi. Si Gerwald était du genre à comprendre la honte il en ressentirai beaucoup à cet instant.

"T'as vraiment l'air idiot maintenant," dit la Bête, "d'abord elle te fais des leçons sur tes méthodes de chasse et maintenant tu lui fourni matière à te railler." Assise sur ses pattes arrière, la Bête regarda la suite des événements à travers les yeux du mutant.

Et ce-dernier se dis que quelque chose n'allait pas. En temps normal la Bête serait en train de tirer sur ses chaînes pour se libérer et s'abandonner au carnage gratuit. Mais là elle restait mystérieusement calme.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plutôt deux fées qu'une! - PV Gerwald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haïsrandhers :: Suðrið :: Les vallons du Nord-
Sauter vers: