AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La littérature en Skania

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiersten Konadottir
Jarl du forum - Admin
avatar

Membre : Riou
Messages : 82
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Vestrið
Héritage: Lycanthropie
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t16-presentation-de-kiersten

MessageSujet: La littérature en Skania   Dim 18 Sep - 21:14

J'inaugure le sujet pour demander à Gud comment est la littérature en Skania ! Y a de la littérature de l'Hier qui reste ? Y a que de la littérature orale ? Y a des motifs (genre des schémas de légendes que les Scaldes utilisent pour base pour toutes les histoires, comme au Moyen-Age) Y a que les Scaldes qui écrivent ? *biiiiiiiiip* flutes je suis arrivée au bout du répondeur de dieu... O Gud, répond-moi ! Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: La littérature en Skania   Lun 19 Sep - 0:45

Il reste quasiment rien de la littérature. Elle n'intéresse pas les Haïsrandhers. C'est le culte de la force qui prédomine. Les savants n'ont qu'une place peu enviable, souvent moins important que le paysan et à peine plus intéressant que l'esclave. Les chefs, les leaders, sont des lycanthropes, des brutes au combat.
Y'a que deux catégories de "savants" cependant, bien qu'on les appelle pas ainsi et qu'il ait une "utilité" pour la société Haïsrandher. D'abord les chamans, qui transmettent leurs savoirs oralement, souvent à d'autres chamans, parfois à des apprentis. Puis les scaldes, qui transmettent aussi leurs savoirs oralement, mais il s'agit la plupart du temps de contes et d'histoires.

On retrouve des traces de la littérature de l'Hier dans deux circonstances :
- Parfois, par hasard, un livre de l'Hier a survécu au temps. Il est souvent très abîmé et la plupart des pages sont illisibles. De plus, les langues de l'Hier sont difficilement déchiffrables pour un Haïsrandhers. Seuls ceux qui veulent prendre le temps de les comprendre parviennent à tirer de grands savoirs de ces bouquins. C'est le cas de certains chamans qui deviennent des médecins, des herboristes ou des experts dans un domaine très précis. La plupart des livres de l'Hier recèlent des informations de qualité, mais parfois peu actuelles, ne prenant pas en compte les mutations et la pollution de la nature, ainsi qu'incomplètes.
- On retrouve aussi des traces de la littérature de l'Hier dans la manière dont certains récits sont contés. Des scaldes s'essayent à l'absurde, des chamans structure leur enseignement aussi rigoureusement que des protocoles expérimentales, et les plus grands conteurs n'hésitent pas à captiver le publique en racontant des récits comme dans les épopées homériques.

Il n'y a pas réellement de "littérature oral" (je ne suis pas forcément sûr de comprendre le concept aussi). Chaque scalde à sa façon de conter les histoires et l'Histoire. Au niveau des schémas, ça reste dans le récit autour du feu. Il existe cependant quelques histoires que chaque Scalde connait comme la mort de Gud, l'épopée du première Jarl du Vestrið ou encore du premier voyage vers le Malroyaume. Avec la distance et le temps, les récits se sont éloignés de la vérité, et les scaldes n'hésitent pas de plus à enjoliver les choses afin de les rendre plus intéressantes, plus épiques, plus captivantes.
Généralement, un récit met en scène un héros malmené qui atteint la gloire lors d'un combat sanglant contre un adversaire qui semblait plus fort, régulièrement une fée ou un méga monstrueux.
Certains scaldes cependant essayent avant tout à rester fidèles à l'histoire. Leurs récits sont souvent plus monotones, mais sont agrémentés de dates et de nombreuses anecdotes et détails pour prouver la véracité des paroles.

Les scaldes savent écrire généralement, mais ils se servent qu'occasionnellement de ce "talent". Les plus minutieux notent l'Histoire, parfois leurs chants, mais la grande majorité apprennent par cœur leurs récits et les enseignent à leurs apprentis. Ils n'écrivent que pour des seigneurs ou commerçants souhaitant avoir une trace écrite d'un contrat.
Quelques chamans savent écrire et lire. Ce sont souvent des prêtres ou des chamans s'occupant d'un temple. Ces derniers peuvent passer une partie de leur journée à étudier dans la sécurité relative de leur lieu de culte. Mais la plupart préfèrent entretenir le temple, chercher des plantes, concocter des remèdes et prier les dieux plutôt qu'écrire.
Enfin, certains seigneurs ont appris à lire et écrire durant leur éducation. Ceci leur donne accès à quelques trésors de l'Hier ainsi que la possibilité d'échanger des messages. Mais ce savoir n'est pas la norme chez les seigneurs, même les plus importants, et les messages sont ainsi transmis oralement la plupart du temps.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: La littérature en Skania   Mer 21 Sep - 22:59

Bon bah après des réflexions et de discussions, semblerait que j'avais très mal compris "littérature orale" XD. Du coup, j'ai fais un développement un peu plus poussé pour prendre en compte ce terme. (Et désolé du coup pour le double post).


Tradition orale

Le reniement des livres

De la littérature classique, il ne reste quasiment rien. Les livres n’intéressent pas les Haïsrandhers. Dans leur société, c’est le culte de la force qui prédomine, et les savants n’ont qu’une place peu enviable. Ils sont souvent moins importants que le paysan, et à peine plus intéressant que l’esclave. Pour avoir une bonne place dans la société, il faut être un guerrier. Et pour être un dirigeant, il faut être un leader, voire un lycanthrope pour les meilleures places.
Toutefois, bien qu’il n’y ait pas d’érudit à proprement parlé, deux catégories de « savants » ont su trouver une place dans la société et prouver leur utilité : les chamans et les scaldes qui transmettent leurs savoirs oralement.

Lire et écrire

La quasi-majorité des Haïsrandhers ne savent ni lire, ni écrire. Cet illettrisme touche à la fois les paysans, les commerçants, les guerriers et les seigneurs.
Les scaldes savent écrire généralement, mais ils se servent qu’occasionnellement de ce talent. Les plus minutieux notent l’Histoire, parfois leurs chants, mais la grande majorité apprennent par cœur leurs récits et les enseignent à leurs apprentis. Ils n’écrivent que pour des seigneurs ou commerçants souhaitant avoir une trace écrite d’un contrat.
Quelques chamans savent écrire et lire. Ce sont souvent des prêtres ou des chamans s’occupant d’un temple. Ces derniers peuvent passer une partie de leur journée à étudier dans la sécurité relative de leur lieu de culte. Mais la plupart préfèrent entretenir le temple, chercher des plantes, concocter des remèdes et prier les dieux plutôt qu’écrire.
Enfin, certains seigneurs ont appris à lire et écrire durant leur éducation. Ceci leur donne accès à quelques trésors de l’Hier ainsi que la possibilité d’échanger des messages. Mais ce savoir n’est pas la norme chez les seigneurs, même les plus importants, et les messages sont ainsi transmis oralement la plupart du temps.

La transmission orale

Les écrits n’étant pas utilisés, c’est de vive voix que les Haïsrandhers transmettent leurs savoirs, les récits et leur Histoire. Les chansons des scaldes et les contes des chamans ne servent pas qu’à divertir le peuple, ils sont là pour rappeler aux Haïsrandhers leur Histoire, leurs héros et l’histoire des dieux.
Les chamans connaissent ainsi de nombreux récits mettant en scène les dieux. La création des hommes par Odin puis son exile vers le Grønland est le conte le plus répandu, et chaque Haïsrandher l’a entendu au moins une fois dans sa vie. Les histoires mettant en scène les esprits animaux et des Haïsrandhers sont plus locales. Chaque communauté, ville et région a ses légendes, transmises de génération en génération.
Quant aux scaldes, certaines histoires font partis du répertoire commun. Tous connaissent le récit de la mort de Gud, l’épopée du première Jarl du Vestrið ou encore du premier voyage vers le Malroyaume. Certains héros Haïsrandhers voient leurs exploits chantés par les scaldes dans toutes les tavernes de Skania.
En plus des grands contes emblématiques de la culture haïsrandhers, chaque scalde a un répertoire personnel d’histoires. Ces derniers sont uniques, ou des versions originales de contes connus. Avec la distance et le temps, les récits se sont éloignés de la vérité, et les scaldes n’hésitent pas de plus à enjoliver les choses afin de les rendre plus intéressantes, plus épiques, plus captivantes. Généralement, un récit met en scène un héros malmené qui atteint la gloire lors d’un combat sanglant contre un adversaire qui semblait plus fort, régulièrement une fée ou un méga monstrueux. La gloire ou l’amour – plus rarement la fortune – sont le but de ce combat.
Certains scaldes cependant essayent avant tout à rester fidèles à l’Histoire. Leurs récits sont souvent plus monotones, mais sont agrémentés de dates et de nombreuses anecdotes et détails pour prouver la véracité des paroles. Ces derniers permettent de transmettre les événements et les faits passés aux générations futurs. Bien que l’Histoire soit la même pour tous les scaldes, chacun a son anecdote, sa façon de raconter, son information inédite qui la rend unique.

Vestiges de la littérature de l’Hier

On retrouve des traces de la littérature de l’Hier dans deux circonstances.
Parfois, par hasard, un livre de l’Hier a survécu au temps. Il est souvent très abîmé et la plupart des pages sont illisibles. De plus, les langues de l’Hier sont difficilement déchiffrables pour un Haïsrandhers. Seuls ceux qui veulent prendre le temps de les comprendre parviennent à tirer de grands savoirs de ces écris. C’est le cas de certains chamans qui deviennent des médecins, des herboristes ou des experts dans un domaine très précis. La plupart des écrits de l’Hier recèlent des informations de qualité, mais parfois peu actuelles – ne prenant pas en compte les mutations et la pollution de la nature – ainsi qu’incomplètes – souvent à cause de la dégradation du livre.
On retrouve aussi des traces de la littérature de l’Hier dans la manière dont certains récits sont contés. Des scaldes s’essayent à l’absurde, des chamans structure leur enseignement aussi rigoureusement que des protocoles expérimentales, et les plus grands conteurs n’hésitent pas à captiver le publique en racontant des récits comme dans les épopées homériques.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Arahina Ordottir
Bogari du forum
avatar

Membre : Riou
Messages : 42
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/09/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Hálfmáni
Héritage: Lycanthropie
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t33-prez-d-arahina

MessageSujet: Re: La littérature en Skania   Dim 25 Sep - 22:45

Cthuluh t'as sauvé, parce que j'allais bien raler pour le coup de la littérature orale :p (mais c'est quelque chose de peu connu dans la culture française où on a oublié tout ça, donc t'es presque excusé !)
Par curiosité, elle a évolué comment la langue ? Juste un mélange des langues de Scandinavie (vu que ça se ressemble déjà), ou ça a intégré du japonais ? La question est pas 100% HS, c'est parce que tu dis qu'ils peuvent déchiffrer des livres de l'Hier (avec 750 ans d'évolution, je veux bien croire qu'ils se choppent des migraines xDD surtout avec le nombre de mots qui se réfèrent à des trucs qui existent plus).
Tu dis qu'ils notent les chants, ils connaissent encore les notes ♪ ? (Petite pensée à la loutre chantante xD)
T'as rédigé des exemples de contes ou légendes ? :3 (je vais exiger que tu les racontes dans la neige devant un grand feu dehors, je te préviens ! *sort*) les scaldes les racontent dans quels circonstances ?
Ils connaissent quoi de l'Histoire ? Les grands trucs depuis le XXIIè, ou aussi un peu de notre histoire à nous ?
Y a des grands scaldes qui ont marqué ?
Citation :
La quasi-majorité des Haïsrandhers ne savent ni lire, ni écrire.
C'est vraiment ce que tu voulais dire ? Parce que si oui, ça fait quand même un paquet de monde qui savent xD
Bon j'ai pas le temps de te harceler de plus de questions alors je te laisse survivre après cette toute petite lapidation ! Et je réfléchis pour trouver des arguments précis, parce que je suis pas tout à fait sure qu'une civilisation puisse atteindre un tel avancement avec si peu d'alphabétisation et d'histoires ! (même si tu dis que y a pas beaucoup de littérature... et finalement t'en décris pas mal xD)

_________________
Compte principal: Kiersten Konadottir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niklas Goðbarn Nominoeson
Gud du forum - Admin
avatar

Membre : Melti
Messages : 109
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/07/2016

Feuille de personnage
Svaedi d'origine: Suðrið
Héritage: Lycanthrope, fils du Jarl Nominoé
Lien vers la présentation: http://haisrandhers.forumactif.org/t20-presentation-de-niklas

MessageSujet: Re: La littérature en Skania   Dim 25 Sep - 23:17

Bah je connaissais pas du tout ce terme, et je trouve que c'est plus exacte d'utiliser tradition orale du coup XD.

Les Haïsrandhers parlent le scandian, un scandinave dont de nombreux mots ont été empruntés à l’anglais. Cependant, quelques Haïsrandhers savent quelque peu parler l’anglais, et un nombre de plus en plus important connaisse les rudiments de la Lingua Franca du Malroyaume. En effet dans ces deux langues se trouvent des termes anglais ce qui facilite l’apprentissage. Le japonais a quant à lui était rejeté par les Haïsrandhers.
Un voyageur qui a pour origine loup du Nord parle ainsi couramment le scandian ainsi que les rudiments de la langue parlée dans le Malroyaume.

Du coup, comme ils connaissent un peu l’anglais et le scandinave, ceux qui prennent le temps peuvent comprendre dans l’ensemble les livres, même si bien sûr il y a de nombreuses lacunes.

Pour les chants, ils notent surtout les paroles, les mélodies sont apprises oralement. Après, peut-être que certains connaissent encore les bases du solfège, mais ils seraient très rare.

J’ai pas rédigé des exemples de conte / légendes / chants XD (si quelqu’un veut s’y amuser :p). Peut-être un jour mais pas pour l’instant.

Ils connaissent vaguement la Guerre des Prodiges et l’invasion des Kousens mais sans les détails. Puis ils connaissent vaguement leur Histoire depuis la révolte Shoumonai. Les scaldes ont plus d’élément depuis l’An 0 et peuvent mieux raconter l’Histoire. Mais ils sont tout aussi ignorant sur le monde avant la Guerre des Prodiges.

Il peut y avoir des scaldes qui ont marqué, mais aucun n’est mentionné pour l’instant Very Happy

Heu… Bah ça veut dire que la quasi-majorité des Haïsrandhers, donc presque tous, sont illettrés.

Elle a pas particulièrement avancé la civilisation XD. Et quand je dis qu’il n’y a pas beaucoup de littérature, je parle de livres moi. Après, il y a des contes, des légendes, des histoires, de l’apprentissage. Mais tout passe par l’oral.

_________________
Compte principal de Melti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cherche-reves.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La littérature en Skania   

Revenir en haut Aller en bas
 
La littérature en Skania
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» les animaux ds la littérature
» Club Littérature
» Pour les ""officionados"" de la littérature haitienne,un site très intéressant
» MALAISE DANS LA LITTÉRATURE. Ou les poètes Lwijanboje.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haïsrandhers :: Hors RP :: Questions à Gud-
Sauter vers: